JE “Ecrivaines entre littérature et sciences II” – 13-14 juin 2024 – Besançon

Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs.

Journées d’études organisées par Léa Cassagnau, Cindy Gervolino et Ralph Winter, Laboratoire CRIT, Université de Franche-Comté

 

Télécharger le programme

Télécharger le compte rendu

Contact: ralph.winter@univ-fcomte.fr

 

AAC “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Journées d’études les 13 et 14 juin 2024 à Besançon

Date limite d’envoi de propositions : 15 mars 2024

Appel à communications “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Organisation : Ralph Winter, MCF en études germaniques
Léa Cassagnau, Doctorante contractuelle en littérature comparée
Cindy Gervolino, ATER en lettres modernes et doctorante en littérature comparée

Université de Franche-Comté – Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (CRIT)

“Écrivaines entre littérature et sciences | Autorinnen zwischen Literatur und Wissenschaft”

Journée d’études les 5 et 6 octobre 2023, Université de Franche-Comté, Besançon

Organisation: Kerstin Wiedemann Université de Lorraine (CERCLE) et Ralph Winter Université de Franche-Comté (CRIT)

Inscription (pour une participation en présentiel ou à distance) : kerstin.wiedemann@univ-lorraine.fr ; ralph.winter@univ-fcomte.fr 

 

 

À partir de 1867, suivant l’exemple de l’Université de Zürich, de plus en plus d’universités de l’espace germanophone introduisent les droits d’inscription et d’obtenir le doctorat pour les femmes de sorte que l’accès aux savoirs académiques et aux études scientifiques leur est désormais institutionnellement garanti. Cette ouverture s’inscrit dans le contexte de la division épistémologique des disciplines modernes du savoir en sciences naturelles et sciences humaines, qui reflète symboliquement la dichotomie masculin vs. féminin (Braun/Stephan).

Les journées d’études mettront en avant des écrivaines germanophones qui ont choisi la voie de la formation académique et qui, par l’écriture et sous les formes les plus diverses, explorent, transmettent ou remettent en question des savoirs existants ou nouveaux. Qu’elles écrivent depuis une position extérieure au monde académique ou en tant que membre de la communauté scientifique, une attention particulière est accordée à leur posture et leur légitimation en tant qu’écrivaines savantes modernes. En tant que telles, elles peuvent se référer à des modèles de femmes savantes de l’époque moderne et du début du XVIIIe siècle (Becker-Cantarino), mais également à la figure du “poeta doctus” (Barner, Schmitz-Emans) ou à celle du “poeta philologus” (Dehrmann/Nebrig).

Ces deux derniers modèles et rôles relèvent d’une tradition éminemment masculine et suscitent la question suivante : dans quelle mesure les écrivaines s’approprient-elles, depuis la fin du XIXe siècle, de tels modèles de manière productive et quelles sont les modifications qui se produisent lors de ce processus ? Car pour les femmes, jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle, d’autres rapports de pouvoir et d’autres conditions de production et de réception présidaient à la pratique d’une écriture entre littérature et sciences, si bien qu’elles ne pouvaient accéder et contribuer aux ordres des savoirs (“Wissens-Ordnungen”, Gess/ Janßen) au même titre que les hommes. L’objectif est donc de comprendre les autrices dans leurs approches individuelles de la connaissance, tout en tenant compte de la condition historique des formations de savoir dans lesquelles leurs textes se situent. (Greber)

A quelles stratégies de mise en scène et de légitimation ces femmes recourent-elles lorsqu’il s’agit de s’introduire par la plume dans les domaines du savoir académique dominés pour la plupart par les hommes ? Quels domaines de savoirs sont privilégiés, quels genres, structures narratives, images ou procédés stylistiques sont actualisés lorsque les femmes élaborent, organisent et mettent en scène des savoirs en écrivant ? Leur écriture, quand elle naît d’une position marginale, recèlerait-elle un potentiel particulier de créativité et d’innovation ? Et quelles sont, dans une perspective diachronique, les évolutions à observer, compte tenu notamment de l’essor des recherches sur le genre ? Qu’est-ce qui caractérise enfin les textes et postures d’autrices contemporaines et quels sont les nouveaux modèles qui s’y dessinent ?

Programme

5 octobre 2023

14h Empfang – Accueil

14h10 Begrüßung und Einführung – Bienvenue et introduction

14h30 Panel 1 – Verhandlung von Wissen zur Frauenfrage in politisch-theoretischen Schriften | Négociations de savoirs liés à la question des femmes dans des écrits politiques et théoriques
  • Alexia Rosso (UT2J Toulouse, CREG): Répondre aux philosophes sur la « question des femmes » : les postures d’autrices d’Irma von Troll-Borotsyáni dans les revues Die Gesellschaft et Neue Deutsche Rundschau  (Den Philosophen in der „Frauenfrage“ die Stirn bieten: Autorinszenierungen von Irma von Troll-Borotsyáni in den Zeitschriften Die Gesellschaft und Neue Deutsche Rundschau)
  • Anne Deffarges (UFC Montbéliard, CRIT): Kreativität und Freiheit im „männlichen“ Genre programmatisch-politischer Schriften: Rosa Luxemburg als Autorin (Créativité et liberté dans le genre « masculin » des écrits politiques : Rosa Luxemburg écrivaine)
16h15 Panel 2 – Weibliche Poetae docti ? – Selbst- und Fremdinszenierungen | Poetae docti au féminin ? – Postures et représentations
  • Kerstin Wiedemann (UL Nancy, CERCLE):

    „Dichterin“ und „gelehrte Forscherin“ – Beobachtungen zu Autorinszenierungen bei Ricarda Huch (« Femme poète » et « investigatrice savante » – à propos des scénographies auctoriales chez Ricarda Huch)

  • Sylvie Grimm-Hamen (UL Nancy, CERCLE): Ingeborg Bachmann en « poétesse érudite » ou les masques de la plume (Ingeborg Bachmann als gelehrte Lyrikerin oder die Masken des Schreibens)
  • Emmanuelle Aurenche-Beau (UL2 Lyon, LCE): Ulrike Draesner écrivaine savante. L’exemple du roman Die Verwandelten (2023)   (Ulrike Draesner als gelehrte Schriftstellerin: das Beispiel des Romans Die Verwandelten)

6 octobre 2023

9h15 Panel 3 – Weibliche Selbstbehauptungen und Grenzüberschreitungen | Le JE féminin : réaffirmations et transgressions
  • Sandra Binnert (JLU Gießen, GGK / Arbeitsstelle Holocaustliteratur): Zwischen persönlicher Erfahrung und wissenschaftlicher Analyse: Der Stellenwert von Lyrik für Ruth Klüger (Entre expérience personnelle et analyse scientifique – le rôle de la poésie chez Ruth Klüger)
  • Ralph Winter (UFC Besançon, CRIT): Selbstdarstellungen und Grenzüberschreitungen in Judith Schalanskys Verzeichnis einiger Verluste (Auto-représentations et transgressions dans Verzeichnis einiger Verluste de Judith Schalansky)
11h00 Panel 4 – Natur- und Körperpoetiken | Poétiques de la nature et du corps
  • Katja Schubert (U Paris Nanterre, CEREG): Esther Kinsky und das Wissen um die Naturgeschichte (Esther Kinsky et le savoir sur l’histoire naturelle)
  • Lisa Jüttner (U Bielefeld): Körper-Poetiken und Wissensvermittlung bei Ingeborg Bachmann, Anne Duden und Ulrike Draesner (Poétiques du corps et transmission de savoirs chez Ingeborg Bachmann, Anne Duden et  Ulrike Draesner)
12h15 Abschlussdiskussion | Discussion plénière
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search