JE “Ecrivaines entre littérature et sciences II” – 13-14 juin 2024 – Besançon

Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs.

Journées d’études organisées par Léa Cassagnau, Cindy Gervolino et Ralph Winter, Laboratoire CRIT, Université de Franche-Comté

 

Télécharger le programme

Télécharger le compte rendu

Contact: ralph.winter@univ-fcomte.fr

 

Moderne Mannsbilder. Zur Semantik von ‘Männlichkeit’ in der deutschsprachigen Erzählliteratur der Frühen Moderne, 1890-1930

L’ouvrage original de l’HDR de Klaus WIELAND, lecteur DAAD à la American University Beirut, vient de paraître aux éditions [transcript].

Téléchargez le flyer de l’ouvrage ici.

Femmes et canon littéraire à l’ère de la multimodalité

Colloque international organisé les 7 et 8 novembre 2024 à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon

Ce colloque sera consacré aux rapports entre femmes et canon littéraire aux XXe et XXIe siècles. La langue utilisée sera le français, mais les communications pourront porter sur toutes les aires linguistiques et culturelles représentées au sein du Centre Interlangues Texte, Image, Langage (TIL, UR 4182) et de l’UFR de Langues et Communication, à savoir l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français, l’italien, le portugais, le tchèque et le russe. Notre époque est dominée par la multimodalité : la diffusion du streaming et de la vidéo à la demande, l’explosion d’internet et des réseaux sociaux ainsi que la diffusion des smartphones et des tablettes ont bouleversé nos modes de communication et notre rapport à la culture. Tous ces changements, qui nous permettent d’accéder à tout moment à un grand nombre de contenus de nature différente, ont eu un impact aussi bien sur les pratiques de création littéraire que sur les voies de transmission des œuvres. Dans le cadre de ce colloque, nous nous intéresserons à l’influence que ces changements ont eu au cours des XXe et XXIe siècles sur l’écriture des femmes et sur la réception de leurs écrits, aussi bien au niveau des lecteurs que des critiques. L’ère de la multimodalité dans laquelle nous sommes entrés a-t-elle changé la manière dont les femmes s’affirment sur la scène littéraire ? Nous nous interrogerons sur l’évolution des normes dans le domaine littéraire dans un monde en constante évolution où les modes de communication en général, et ceux de la création en particulier, se superposent et s’entremêlent, semblant offrir de nouveaux espaces de liberté.

Télécharger l’appel à communications complet ici.

Les propositions de communication (titre, résumé d’une page maximum en français), accompagnées d’une courte biographie de leur auteur/autrice, seront à envoyer à Sylvie.Marchenoir@u-bourgogne.fr et à Ambra.Zorat@u-bourgogne.fr le 10 juin 2024 au plus tard. Les auteurs et autrices de propositions recevront une réponse courant juin.

Comité d’organisation : Sylvie Marchenoir, MCF HDR Études germaniques – Ambra Zorat, PRAG Études italiennes

Comité scientifique: Sophie Aymes, MCF HDR Études anglophones – Nicolas Bonnet, PU Études italiennes – Clémentine Hugol-Gential, PU Communication – Cécile Iglesias, MCF Études hispaniques

AAC “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Journées d’études les 13 et 14 juin 2024 à Besançon

Date limite d’envoi de propositions : 15 mars 2024

Appel à communications “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Organisation : Ralph Winter, MCF en études germaniques
Léa Cassagnau, Doctorante contractuelle en littérature comparée
Cindy Gervolino, ATER en lettres modernes et doctorante en littérature comparée

Université de Franche-Comté – Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (CRIT)

Workshop “Genre et alimentation”

Responsables : Susanne Böhmisch (ÉCHANGES, AMU), Anne Isabelle François (CERC, Sorbonne Nouvelle et GIS Institut du Genre)
7 et 8 novembre 2024
Aix-Marseille Université
UFR ALLSH, Aix-en-Provence

Date butoir d’envoi des propositions de communication : 2 avril 2024

Depuis le début du XXIe siècle, l’investissement de la nourriture comme objet de recherche connaît un regain important, donnant lieu à un champ scientifique particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et l’interculturalité, nommé parfois food studies ou Kulinaristik. Parmi les aspects étudiés autour de l’alimentation envisagée par quelques précurseurs comme « fait social total » (Marcel Mauss, 1925) ou « système sémiologique » (Roland Barthes, 1957) figurent sa dimension hybride entre matière et signe ; les mécanismes d’incorporation du monde, de l’autre ; les constructions identitaires ; le rapport à l’imaginaire (« nous nous nourrissons de nutriments, mais aussi d’imaginaire »). L’alimentation précisément est un vaste champ où s’entrecroisent le biologique et le social, où se structurent et se reproduisent des ordres symboliques, des pratiques culturelles, où se brouillent et se redéfinissent les frontières entre le moi et l’autre, où se manifestent également différentes représentations de genre et où se performe le genre (Monika Setzwein, 2004). Il suffit de penser à la division genrée entre l’activité de cuisine quotidienne et la « grande » cuisine à laquelle est associée le prestige de la créativité et du savoir, ou bien aux analogies genrées entre nourriture et sexualité (chair à consommer) qui font partie intégrante de nos cultures visuelles et textuelles depuis longtemps. On peut rappeler les thèses de Pierre Bourdieu sur les différentes manières de manger et les différents aliments choisis pour correspondre à une idée de féminité ou masculinité (La distinction, 1979), ou bien la polémique déclenchée en France en septembre 2022 à partir d’une phrase prononcée par Sandrine Rousseau (Europe Écologie Les Verts) : « Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité ».

Pourtant, le croisement des food et gender studies est un champ encore peu investi dans la recherche, même si les travaux commencent à se multiplier (comme en témoigne ainsi l’appel « Genre et alimentation de l’Antiquité à nos jours » de la revue Genre & Histoire : https://journals.openedition.org/genrehistoire/7868). Ce croisement permet d’analyser la manière dont les pratiques et symboliques alimentaires participent à la construction genrée d’identités ainsi que la manière dont normes, pouvoir, genre et nourriture s’entremêlent. L’anthropologue américaine Carole Counihan a été une pionnière dans le domaine (The Anthropology of Food and Body. Gender, Meaning and Power, 1999), mettant en lumière les inégalités genrées persistantes dans le domaine alimentaire, alors que les femmes ont traditionnellement la responsabilité de nourrir les autres. Les objets culturels et les imaginaires constituent un terrain d’examen par excellence pour examiner ces articulations dans leurs enjeux et modalités. Le croisement du genre et de l’alimentation permet ainsi d’analyser comment la littérature, les arts, la scène, la langue s’emparent de la sémantique nourricière, s’il y a consolidation ou transgression des normes genrées, comment le genre s’y performe, et quelles nouvelles esthétiques, éthiques ou pensées en résultent.

Nous proposons pour ce workshop d’aborder ce questionnement sous quatre axes :

  • Axe 1 : Genre, alimentation et avant-gardes
  • Axe 2 : Genre, alimentation et normativités
  • Axe 3 : Genre, alimentation et interculturalité
  • Axe 4 : Avenir de l’alimentation et perspectives genrées

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet.

Romain Becker: “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”

Soutenance de thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h (ENS de Lyon, salle D2-034)

Romain Becker a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h, en salle D2-034, à l’ENS de Lyon.

La thèse est intitulée “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”. Le jury est présidé par Hilda INDERWILDI (Université Toulouse 2 – Jean Jaurès) et composé d’Hélène CAMARADE (Université Bordeaux Montaigne) et de Patrick FARGES (Université Paris Cité) (pré-rapporteurs), Jean-Paul GABILLIET (Université Bordeaux Montaigne, co-directeur de la thèse), et Anne LAGNY (ENS de Lyon, directrice de la thèse).

Résumé: Cette thèse explore l’évolution des pratiques éditoriales de Reprodukt, un éditeur berlinois qui publie des bandes dessinées en allemand. À travers une étude quantitative du catalogue et des analyses d’œuvres précises, ce travail de recherche illustre l’importance d’une maison d’édition pour qu’une bande dessinée trouve son public, en particulier sur un marché qui lui est hostile. À mesure que sa ligne éditoriale change et se diversifie, Reprodukt passe d’une micro-entreprise dans un ancien squat à une maison d’édition indépendante de taille moyenne. Alors qu’elle publiait initialement des artistes nord-américain∙es et allemand∙es punk, elle s’appuie progressivement de plus en plus sur des œuvres franco-belges grand public et augmente sa cadence de production. Son identité est certes forgée par ses publications, mais aussi par son implantation dans l’industrie très polarisée de la bande dessinée germanophone, et par sa localisation à Berlin, un centre pour l’art alternatif. L’entreprise, qui édite surtout des œuvres étrangères, fait office d’interface entre la bande dessinée internationale et l’aire germanophone : en cela, son travail consiste avant tout à adapter des bandes dessinées à un nouveau lectorat. Ce travail étudie ainsi ses choix concernant la traduction et le lettrage, mais aussi le format, le prix, le moment de publication, etc. Systématiquement, la maison d’édition cherche à valoriser son activité en particulier et le neuvième art en général. Reprodukt révèle ainsi de manière exemplaire les difficultés de la bande dessinée germanophone et les stratégies utilisées pour y faire face.

Crédits image : https://becker-illustration.com/portraits

L’engagement au fil du temps

Transmissions et héritages de l’engagement dans les pays de langue allemande (XIXe-XXIe siècles)

Journées d’études doctorales organisées par les doctorantes du CREG, le 14 et 15 mars 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse.

Deadline : 15 décembre 2023

Organisation : Nathalie Fend de Sousa Lobo (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)
Fiona O’Donnell (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès, Université de Ratisbonne) 
Alexia Rosso (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)

AAC en français / en allemand

Compte rendu JE “Ecrivaines entre littérature et sciences” 5-6 oct. 2023

Compte rendu des Journées d’études « Ecrivaines entre littérature et sciences Négociations de savoirs dans les pratiques d’écriture de femmes dans l’espace germanophone depuis la fin du XIX e siècle » Université de Franche-Comté, Besançon, 5 et 6 octobre 2023.

Compte rendu par Léa CASSAGNAU, Université de Franche-Comté, CRIT (Besançon)

Organisation: Kerstin WIEDEMANN, Université de Lorraine, CERCLE (Nancy)
Ralph WINTER, Université de Franche-Comté, CRIT (Besançon)

Programme // Appel à contributions 

Carry van Bruggen : Les Femmes dans l’espace littéraire moderne – traduit par Sandrine Maufroy

Carry van Bruggen, Les Femmes dans l’espace littéraire moderne. Traduit du néerlandais, annoté, illustré et postfacé par Sandrine Maufroy, Paris, Editions Rue d’Ulm, octobre 2023.

Carry van Bruggen (1881-1932) est l’une des voix les plus originales de la littérature néerlandaise. Dans ses essais comme dans ses romans, elle explore les relations entre l’individu et la collectivité au prisme de la question du conformisme.

Parus en feuilleton au cours de l’année 1916 sous le titre Littérature moderne, les articles de ce livre analysent ce que les œuvres et la vie littéraires font comprendre de la place des femmes dans la société. Consacrés pour l’essentiel aux xviiie et xixe siècles – Madame de Staël et George Sand, F. Schlegel et Heine, Walter Scott, Shelley et Byron, Dickens et Thackeray, Charlotte Brontë… –, ils offrent un premier aperçu de la réflexion stimulante développée ensuite par l’écrivaine dans Prométhée, son grand essai sur l’histoire intellectuelle européenne et le développement de l’individualisme à l’époque moderne.

“Écrivaines entre littérature et sciences | Autorinnen zwischen Literatur und Wissenschaft”

Journée d’études les 5 et 6 octobre 2023, Université de Franche-Comté, Besançon

Organisation: Kerstin Wiedemann Université de Lorraine (CERCLE) et Ralph Winter Université de Franche-Comté (CRIT)

Inscription (pour une participation en présentiel ou à distance) : kerstin.wiedemann@univ-lorraine.fr ; ralph.winter@univ-fcomte.fr 

 

 

À partir de 1867, suivant l’exemple de l’Université de Zürich, de plus en plus d’universités de l’espace germanophone introduisent les droits d’inscription et d’obtenir le doctorat pour les femmes de sorte que l’accès aux savoirs académiques et aux études scientifiques leur est désormais institutionnellement garanti. Cette ouverture s’inscrit dans le contexte de la division épistémologique des disciplines modernes du savoir en sciences naturelles et sciences humaines, qui reflète symboliquement la dichotomie masculin vs. féminin (Braun/Stephan).

Les journées d’études mettront en avant des écrivaines germanophones qui ont choisi la voie de la formation académique et qui, par l’écriture et sous les formes les plus diverses, explorent, transmettent ou remettent en question des savoirs existants ou nouveaux. Qu’elles écrivent depuis une position extérieure au monde académique ou en tant que membre de la communauté scientifique, une attention particulière est accordée à leur posture et leur légitimation en tant qu’écrivaines savantes modernes. En tant que telles, elles peuvent se référer à des modèles de femmes savantes de l’époque moderne et du début du XVIIIe siècle (Becker-Cantarino), mais également à la figure du “poeta doctus” (Barner, Schmitz-Emans) ou à celle du “poeta philologus” (Dehrmann/Nebrig).

Ces deux derniers modèles et rôles relèvent d’une tradition éminemment masculine et suscitent la question suivante : dans quelle mesure les écrivaines s’approprient-elles, depuis la fin du XIXe siècle, de tels modèles de manière productive et quelles sont les modifications qui se produisent lors de ce processus ? Car pour les femmes, jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle, d’autres rapports de pouvoir et d’autres conditions de production et de réception présidaient à la pratique d’une écriture entre littérature et sciences, si bien qu’elles ne pouvaient accéder et contribuer aux ordres des savoirs (“Wissens-Ordnungen”, Gess/ Janßen) au même titre que les hommes. L’objectif est donc de comprendre les autrices dans leurs approches individuelles de la connaissance, tout en tenant compte de la condition historique des formations de savoir dans lesquelles leurs textes se situent. (Greber)

A quelles stratégies de mise en scène et de légitimation ces femmes recourent-elles lorsqu’il s’agit de s’introduire par la plume dans les domaines du savoir académique dominés pour la plupart par les hommes ? Quels domaines de savoirs sont privilégiés, quels genres, structures narratives, images ou procédés stylistiques sont actualisés lorsque les femmes élaborent, organisent et mettent en scène des savoirs en écrivant ? Leur écriture, quand elle naît d’une position marginale, recèlerait-elle un potentiel particulier de créativité et d’innovation ? Et quelles sont, dans une perspective diachronique, les évolutions à observer, compte tenu notamment de l’essor des recherches sur le genre ? Qu’est-ce qui caractérise enfin les textes et postures d’autrices contemporaines et quels sont les nouveaux modèles qui s’y dessinent ?

Programme

5 octobre 2023

14h Empfang – Accueil

14h10 Begrüßung und Einführung – Bienvenue et introduction

14h30 Panel 1 – Verhandlung von Wissen zur Frauenfrage in politisch-theoretischen Schriften | Négociations de savoirs liés à la question des femmes dans des écrits politiques et théoriques
  • Alexia Rosso (UT2J Toulouse, CREG): Répondre aux philosophes sur la « question des femmes » : les postures d’autrices d’Irma von Troll-Borotsyáni dans les revues Die Gesellschaft et Neue Deutsche Rundschau  (Den Philosophen in der „Frauenfrage“ die Stirn bieten: Autorinszenierungen von Irma von Troll-Borotsyáni in den Zeitschriften Die Gesellschaft und Neue Deutsche Rundschau)
  • Anne Deffarges (UFC Montbéliard, CRIT): Kreativität und Freiheit im „männlichen“ Genre programmatisch-politischer Schriften: Rosa Luxemburg als Autorin (Créativité et liberté dans le genre « masculin » des écrits politiques : Rosa Luxemburg écrivaine)
16h15 Panel 2 – Weibliche Poetae docti ? – Selbst- und Fremdinszenierungen | Poetae docti au féminin ? – Postures et représentations
  • Kerstin Wiedemann (UL Nancy, CERCLE):

    „Dichterin“ und „gelehrte Forscherin“ – Beobachtungen zu Autorinszenierungen bei Ricarda Huch (« Femme poète » et « investigatrice savante » – à propos des scénographies auctoriales chez Ricarda Huch)

  • Sylvie Grimm-Hamen (UL Nancy, CERCLE): Ingeborg Bachmann en « poétesse érudite » ou les masques de la plume (Ingeborg Bachmann als gelehrte Lyrikerin oder die Masken des Schreibens)
  • Emmanuelle Aurenche-Beau (UL2 Lyon, LCE): Ulrike Draesner écrivaine savante. L’exemple du roman Die Verwandelten (2023)   (Ulrike Draesner als gelehrte Schriftstellerin: das Beispiel des Romans Die Verwandelten)

6 octobre 2023

9h15 Panel 3 – Weibliche Selbstbehauptungen und Grenzüberschreitungen | Le JE féminin : réaffirmations et transgressions
  • Sandra Binnert (JLU Gießen, GGK / Arbeitsstelle Holocaustliteratur): Zwischen persönlicher Erfahrung und wissenschaftlicher Analyse: Der Stellenwert von Lyrik für Ruth Klüger (Entre expérience personnelle et analyse scientifique – le rôle de la poésie chez Ruth Klüger)
  • Ralph Winter (UFC Besançon, CRIT): Selbstdarstellungen und Grenzüberschreitungen in Judith Schalanskys Verzeichnis einiger Verluste (Auto-représentations et transgressions dans Verzeichnis einiger Verluste de Judith Schalansky)
11h00 Panel 4 – Natur- und Körperpoetiken | Poétiques de la nature et du corps
  • Katja Schubert (U Paris Nanterre, CEREG): Esther Kinsky und das Wissen um die Naturgeschichte (Esther Kinsky et le savoir sur l’histoire naturelle)
  • Lisa Jüttner (U Bielefeld): Körper-Poetiken und Wissensvermittlung bei Ingeborg Bachmann, Anne Duden und Ulrike Draesner (Poétiques du corps et transmission de savoirs chez Ingeborg Bachmann, Anne Duden et  Ulrike Draesner)
12h15 Abschlussdiskussion | Discussion plénière
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search