“Genre et violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales”

Appel à communications pour une journée d’étude MKGD et un atelier d’écriture pour doctorant.es ayant lieu les jeudi et vendredi 30 et 31 janvier 2025

Lieu de la rencontre : Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (ZMSBw), Potsdam

Organisatrices: Prof. Dr. Tanja Bührer (Paris Lodron Universität Salzburg), Prof. Dr. Isabelle Deflers (Universität der Bundeswehr München) und Prof. Dr. Karen Hagemann (University of North Carolina at Chapel Hill) en coopération avec le ZMSBw.

Thème et objectifs

La violence extrême des guerres coloniales et des guerres de libération anticoloniales ainsi que la pratique de la violence structurelle et réelle, inhérente à la domination coloniale, ont fait l’objet d’une attention scientifique accrue au niveau international au cours des deux dernières décennies. Cependant, la dimension de genre reste encore trop peu étudiée, bien que les recherches menées jusqu’à présent sur l’histoire du genre dans les conflits coloniaux montrent que cette catégorie d’analyse a une importance considérable aussi bien comme approche théorique et méthodologique que comme objet de recherche.

Les rôles genrés construits de manière intersectionnelle en lien avec les différences sociales, ethniques et raciales ont façonné et légitimé les capacités d’action des hommes comme des femmes dans les interactions marquées par la violence des conflits coloniaux. Elles ont considérablement influencé les pratiques de violence des envahisseurs coloniaux et les expériences de violence de la population colonisée. Les femmes indigènes dans les colonies ont par exemple été en grand nombre victimes de violences sexuelles sous différentes formes allant de la prostitution forcée aux concubinages forcés en passant par les viols. Les hommes indigènes ont été contraints au travail forcé par les puissances coloniales et recrutés comme soldats dits coloniaux.

Dans les guerres coloniales et les guerres de libération anticoloniales, surtout lorsqu’elles prenaient la forme de guérillas, la distinction faite dans le droit international de la guerre – du moins en théorie – entre les soldats et la population civile était en général totalement abolie. Elles ont été menées très tôt comme des guerres « totales » avec une violence de masse systématique contre l’ensemble de la population à coloniser. Tant les troupes coloniales que les forces armées des mouvements de libération anticoloniaux dépendaient, lors de leurs campagnes, du soutien et des services de la population civile, y compris des femmes. Après les conquêtes coloniales victorieuses, la tyrannie sur la population indigène s’est maintenue de diverses manières. Dans les métropoles impériales, les hommes comme les femmes ont, de manière spécifique à chaque sexe, soutenu la politique guerrière de la conquête coloniale. Les deux sexes ont également participé activement et de différentes manières aux soulèvements et aux guerres de libération qui ont lutté contre l’oppression coloniale.

L’objectif de la première journée d’étude thématique du nouveau réseau de recherche MKGD est d’étudier les interactions marquées par diverses formes de violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales, dans une approche comparative et en mettant l’accent sur le « genre ». Nous voulons prendre en considération les conflits coloniaux tant à l’époque moderne que contemporaine jusqu’à la fin de la guerre froide et invitons à proposer soit des études de cas contextualisées, soit des comparaisons diachroniques ou synchroniques.

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet
 

Création du réseau de recherche « Armée, guerre et genre / diversité » (MKGD)

La guerre en Ukraine, qui a commencé en février 2022 avec l’attaque de la Russie sur le territoire ukrainien, le récent conflit au Moyen-Orient, déclenché par l’attaque terroriste du Hamas contre Israël, et bien d’autres conflits militaires passés et présents montrent l’importance du genre et de la diversité pour notre compréhension des événements. Les recherches internationales et nationales sur le genre dans le domaine militaire et la guerre soulignent que les significations, les causes et les conséquences des conflits militaires ne peuvent être comprises sans tenir compte de la catégorie d’analyse du « genre ». Il en va de même pour le fonctionnement et la culture des forces armées et leurs formes d’exercice légal et illégal de la violence militaire. Parmi ces dernières, on trouve les pratiques de violence sexuelle et sexualisée qui, à des degrés divers et sous des formes différentes, ont fait partie des guerres depuis l’Antiquité et continuent de le faire aujourd’hui. Mais même en temps de paix, des faits de violence sexuelle et sexualisée ont eu lieu au sein des forces armées et commis par les forces armées. Aujourd’hui encore, l’OTAN et la Bundeswehr, comme la plupart des forces armées, telles les troupes des missions de maintien de la paix de l’ONU, doivent lutter contre l’inégalité et la discrimination sexuelle dans leurs propres rangs et contribuer à une meilleure compréhension des sujtes liés au genre et à la diversité.

La recherche sur le thème de l’armée, de la guerre et du genre/de la diversité n’a donc pas seulement une pertinence scientifique, mais aussi sociale et politique. Mais les lacunes de la recherche sont encore importantes, surtout dans les sciences historiques, culturelles, sociales et politiques, en particulier dans l’espace germanophone, mais aussi au niveau international. C’est là que le réseau de recherche sur l’armée, la guerre et le genre/la diversité, officiellement créé le 11 mars 2024 à Potsdam lors d’un atelier de lancement, veut amorcer un changement. Vingt-trois scientifiques travaillant dans des universités et des instituts de recherche extra-universitaires de sept pays différents (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Autriche, Suisse et États-Unis) ont rejoint ce groupement interdisciplinaire. Le Centre d’histoire militaire et de sciences sociales de la Bundeswehr (ZMSBw) se joint également au réseau de recherche en tant que partenaire.

Objectifs et problématiques

L’objectif du réseau de recherche est de traiter systématiquement l’approche et l’objet de recherche « genre/diversité, armée, violence et guerre » par une collaboration intensive entre chercheuses et chercheurs. Son but est aussi de promouvoir systématiquement l’étude du lien entre le genre/la diversité, l’armée et la violence en tant qu’approche et objet de recherche par le biais d’une coopération interdisciplinaire, nationale et internationale. Il poursuit également comme but de soutenir la recherche des jeunes chercheuses et chercheurs ainsi que de développer des projets de recherche communs, dont l’objectif est de combler les lacunes dans ce domaine de la recherche. Différents degrés et formes de participation au groupement de recherche sont possibles et souhaités.

La question centrale du groupement de recherche est de savoir quelle importance l’armée et la guerre ont eu et ont en tant que producteurs de genre dans le passé et le présent, et vice versa dans quelle mesure les représentations du genre/de la diversité ont marqué l’armée et ses pratiques de violence en temps de paix et de guerre et le font encore aujourd’hui. Cette question ne peut être traitée de manière pertinente que par une approche interdisciplinaire, c’est pourquoi les historiennes et historiens de ce réseau travaillent en étroite collaboration avec des spécialistes des sciences sociales et culturelles.

La période envisagée va du XVIIe au XXIe siècle. Le cadre géographique doit certes être large, mais l’accent sera mis dans un premier temps sur l’espace allemand et européen afin de commencer à traiter les lacunes de la recherche. En outre, il est important de se pencher sur les expansions coloniales et impériales parties d’Europe et qui ont conduit à des guerres coloniales et impériales ainsi qu’à des guerres de libération anticoloniales. D’autre part, les opérations à l’étranger et les missions internationales auxquelles la Bundeswehr, d’autres armées européennes ainsi que les forces de l’OTAN et de l’ONU ont participé depuis la fin de la guerre froide, doivent également être examinées dans une perspective genrée.

Les moyens du réseau recherche MKGD

Outre un site web (https://mkgd.hypotheses.org/), le réseau de recherche MKGD comprend une liste de diffusion (mkgd@lists.unibw.de) ainsi qu’un colloque de recherche en ligne qui débutera au semestre d’été 2024 et comprendra quatre manifestations en été et trois en hiver, tous deux rattachés à l’Université de la Bundeswehr de Munich. Il est également prévu d’organiser des ateliers thématiques en présence de doctorantes et doctorants invité.e.s à un atelier d’écriture, qui auront lieu chaque année en janvier avec le soutien du ZMSBw.

Le thème du colloque de recherche en ligne du MKGD au semestre d’été 2024 sera « Armée, guerre et genre/diversité : état de la recherche et problèmes de recherche ». La première conférence aura lieu le lundi 29 avril 2024 de 16h à 18h. La professeure émérite Claudia Opitz-Belakhal (Université de Bâle), l’une des pionnières de la recherche sur les femmes et les genres au début de l’époque moderne dans le domaine militaire et de la guerre dans l’espace germanophone, s’exprimera sur le thème « Guerre et genre au début de l’époque moderne (env. 1400-1800) — Un aperçu de la recherche ». (https://mkgd.hypotheses.org/kolloquium-online)

Le thème du premier atelier thématique sera « Genre et violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales / Gender and Violence in Colonial Wars, Colonial Rule and Anti-colonial Liberation Struggles ». L’atelier aura lieu les 30 et 31 janvier 2025 au ZMSBw à Potsdam. L’appel à communications est accessible sur le site web du MKGD.

Vous trouverez des informations détaillées sur le site web du MKGD.

Séminaire : “Histoire de la résistance allemande au nazisme”

Dans le cadre d’un séminaire du master d’études germaniques de l’Université Bordeaux Montaigne organisé par Hélène Camarade, deux conférences sur la résistance allemande au nazisme mettront le genre au coeur de leur propos :

26 mars, 10h30 : Layla Kiefel : Résistance au national-socialisme et émnacipation : le cas des femmes de l’Internationaler Sozialistischer Kampfbund

9 avril, 10h30 : Agathe Bernier-Monod : Hermann Brill (1895-1959) : acteur de la résistance au nazisme et de sa mémoire

AAC “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Journées d’études les 13 et 14 juin 2024 à Besançon

Date limite d’envoi de propositions : 15 mars 2024

Appel à communications “Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs”

Organisation : Ralph Winter, MCF en études germaniques
Léa Cassagnau, Doctorante contractuelle en littérature comparée
Cindy Gervolino, ATER en lettres modernes et doctorante en littérature comparée

Université de Franche-Comté – Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (CRIT)

Podcast “Masculinités et nazisme”

Le cinquième épisode du podcast “Du genre dans l’histoire. Enseigner l’histoire avec le genre pour former les élèves à l’égalité des sexes” produit par l’Association Mnémosyne, intitulé “Masculinités et nazisme” est en ligne ici.

Patrick Farges (Université de Paris) y parle de l’ouvrage co-édité avec Elissa Mailänder, Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, publié en 2022 chez Septentrion. (Résumé, sommaire et compte rendu)

Extrait du résumé du podcast : “Durant environ une heure, nous revenons sur l’historiographie à laquelle se rattache l’ouvrage de Patrick Farges et Elissa Maïlander, en nous questionnant notamment sur les sources permettant d’étudier une histoire des masculinités sous le nazisme. Ensuite, nous questionnons les moyens utilisés pour imposer les normes d’une certaine masculinité sous le nazisme, et la façon dont la camaraderie a aidé l’imposition de ces normes, et leur expression violente, avant, pendant et après la guerre. Enfin, nous nous demandons en quoi ces normes transforment-elle la société allemande sous le nazisme, en ouvrant les questionnement autour, entre autres, des rapports entre hommes et femmes.
Dans un second temps, Clémentine [Letellier] fait un point sur les programmes scolaires d’histoire, en collège comme en lycée, afin de réfléchir avec Patrick Farges à des sources intéressantes à mobiliser dans nos cours.”

Un podcast produit par l’Association Mnémosyne avec Cécile Béghin. Noémie Gmür et Clémentine Letellier à la technique. Clémentine Letellier à la lecture des textes.

Bonne écoute !

Workshop “Genre et alimentation”

Responsables : Susanne Böhmisch (ÉCHANGES, AMU), Anne Isabelle François (CERC, Sorbonne Nouvelle et GIS Institut du Genre)
7 et 8 novembre 2024
Aix-Marseille Université
UFR ALLSH, Aix-en-Provence

Date butoir d’envoi des propositions de communication : 2 avril 2024

Depuis le début du XXIe siècle, l’investissement de la nourriture comme objet de recherche connaît un regain important, donnant lieu à un champ scientifique particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et l’interculturalité, nommé parfois food studies ou Kulinaristik. Parmi les aspects étudiés autour de l’alimentation envisagée par quelques précurseurs comme « fait social total » (Marcel Mauss, 1925) ou « système sémiologique » (Roland Barthes, 1957) figurent sa dimension hybride entre matière et signe ; les mécanismes d’incorporation du monde, de l’autre ; les constructions identitaires ; le rapport à l’imaginaire (« nous nous nourrissons de nutriments, mais aussi d’imaginaire »). L’alimentation précisément est un vaste champ où s’entrecroisent le biologique et le social, où se structurent et se reproduisent des ordres symboliques, des pratiques culturelles, où se brouillent et se redéfinissent les frontières entre le moi et l’autre, où se manifestent également différentes représentations de genre et où se performe le genre (Monika Setzwein, 2004). Il suffit de penser à la division genrée entre l’activité de cuisine quotidienne et la « grande » cuisine à laquelle est associée le prestige de la créativité et du savoir, ou bien aux analogies genrées entre nourriture et sexualité (chair à consommer) qui font partie intégrante de nos cultures visuelles et textuelles depuis longtemps. On peut rappeler les thèses de Pierre Bourdieu sur les différentes manières de manger et les différents aliments choisis pour correspondre à une idée de féminité ou masculinité (La distinction, 1979), ou bien la polémique déclenchée en France en septembre 2022 à partir d’une phrase prononcée par Sandrine Rousseau (Europe Écologie Les Verts) : « Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité ».

Pourtant, le croisement des food et gender studies est un champ encore peu investi dans la recherche, même si les travaux commencent à se multiplier (comme en témoigne ainsi l’appel « Genre et alimentation de l’Antiquité à nos jours » de la revue Genre & Histoire : https://journals.openedition.org/genrehistoire/7868). Ce croisement permet d’analyser la manière dont les pratiques et symboliques alimentaires participent à la construction genrée d’identités ainsi que la manière dont normes, pouvoir, genre et nourriture s’entremêlent. L’anthropologue américaine Carole Counihan a été une pionnière dans le domaine (The Anthropology of Food and Body. Gender, Meaning and Power, 1999), mettant en lumière les inégalités genrées persistantes dans le domaine alimentaire, alors que les femmes ont traditionnellement la responsabilité de nourrir les autres. Les objets culturels et les imaginaires constituent un terrain d’examen par excellence pour examiner ces articulations dans leurs enjeux et modalités. Le croisement du genre et de l’alimentation permet ainsi d’analyser comment la littérature, les arts, la scène, la langue s’emparent de la sémantique nourricière, s’il y a consolidation ou transgression des normes genrées, comment le genre s’y performe, et quelles nouvelles esthétiques, éthiques ou pensées en résultent.

Nous proposons pour ce workshop d’aborder ce questionnement sous quatre axes :

  • Axe 1 : Genre, alimentation et avant-gardes
  • Axe 2 : Genre, alimentation et normativités
  • Axe 3 : Genre, alimentation et interculturalité
  • Axe 4 : Avenir de l’alimentation et perspectives genrées

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet.

Romain Becker: “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”

Soutenance de thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h (ENS de Lyon, salle D2-034)

Romain Becker a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h, en salle D2-034, à l’ENS de Lyon.

La thèse est intitulée “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”. Le jury est présidé par Hilda INDERWILDI (Université Toulouse 2 – Jean Jaurès) et composé d’Hélène CAMARADE (Université Bordeaux Montaigne) et de Patrick FARGES (Université Paris Cité) (pré-rapporteurs), Jean-Paul GABILLIET (Université Bordeaux Montaigne, co-directeur de la thèse), et Anne LAGNY (ENS de Lyon, directrice de la thèse).

Résumé: Cette thèse explore l’évolution des pratiques éditoriales de Reprodukt, un éditeur berlinois qui publie des bandes dessinées en allemand. À travers une étude quantitative du catalogue et des analyses d’œuvres précises, ce travail de recherche illustre l’importance d’une maison d’édition pour qu’une bande dessinée trouve son public, en particulier sur un marché qui lui est hostile. À mesure que sa ligne éditoriale change et se diversifie, Reprodukt passe d’une micro-entreprise dans un ancien squat à une maison d’édition indépendante de taille moyenne. Alors qu’elle publiait initialement des artistes nord-américain∙es et allemand∙es punk, elle s’appuie progressivement de plus en plus sur des œuvres franco-belges grand public et augmente sa cadence de production. Son identité est certes forgée par ses publications, mais aussi par son implantation dans l’industrie très polarisée de la bande dessinée germanophone, et par sa localisation à Berlin, un centre pour l’art alternatif. L’entreprise, qui édite surtout des œuvres étrangères, fait office d’interface entre la bande dessinée internationale et l’aire germanophone : en cela, son travail consiste avant tout à adapter des bandes dessinées à un nouveau lectorat. Ce travail étudie ainsi ses choix concernant la traduction et le lettrage, mais aussi le format, le prix, le moment de publication, etc. Systématiquement, la maison d’édition cherche à valoriser son activité en particulier et le neuvième art en général. Reprodukt révèle ainsi de manière exemplaire les difficultés de la bande dessinée germanophone et les stratégies utilisées pour y faire face.

Crédits image : https://becker-illustration.com/portraits

L’engagement au fil du temps

Transmissions et héritages de l’engagement dans les pays de langue allemande (XIXe-XXIe siècles)

Journées d’études doctorales organisées par les doctorantes du CREG, le 14 et 15 mars 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse.

Deadline : 15 décembre 2023

Organisation : Nathalie Fend de Sousa Lobo (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)
Fiona O’Donnell (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès, Université de Ratisbonne) 
Alexia Rosso (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)

AAC en français / en allemand

Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre

Ouvrage collectif dirigé par Patrick Farges et Elissa Mailänder, paru en 2022

Les enjeux de genre appliqués au masculin ouvrent des perspectives pour comprendre la société nazie et le nazisme en guerre. Le régime, qui prônait un idéal de camaraderie et de pureté raciale, réglementa le genre, les sexualités et la procréation par des lois racistes, homophobes, sexistes et eugénistes. Or, la période des années 1930 aux années 1950 fit coexister des contraintes sexuelles et des formes de violence de genre avec l’ouverture de nouveaux espaces d’expérimentation hétérosexuelle. L’attaque de la Pologne en 1939 et la guerre de conquête et d’anéantissement marquèrent une césure importante. En tant que combattants et colonisateurs, les hommes allemands et autrichiens se trouvèrent au cœur de mutations genrées : acteurs de la violence, agents de la guerre et, in fine, porteurs de la défaite. Chaque chapitre du livre explore, dans une perspective d’histoire intégrée du genre (femmes/hommes ; hétérosexuels/homosexuels ; Juifs/non-Juifs), la diversité et l’ambivalence des situations vécues au quotidien par les hommes.

Source, sommaire et description détaillée

Parution d’un compte rendu en français dans Francia Recensio n°3/2023, rédigé par Anne-Laure Briatte : DOI / Lire le compte rendu

Femmes face à l’État. Allemagne, Espagne, France, XIXe- XXe siècles

Ouvrage collectif dirigé par Stéphanie Chapuis-Després et Florence Serrano paru en 2021

Dans Femmes face à l’État (Allemagne, Espagne, France, XIXe- XXe siècles), dirigé et présenté par Stéphanie Chapuis-Després et Florence Serrano, neuf contributeurs et contributrices analysent de manière précise l’opposition de femmes à l’État, que celle-ci ait pris la forme de résistance, dissidence ou encore de militantisme politique.

Sommaire de Femmes face à l’Etat

DOI: https://doi.org/10.57726/9782377410750

Source : https://btk.univ-smb.fr/livres/femmes-face-a-letat-allemagne-espagne-france-xixe-xxe-siecles/

Parution d’un compte rendu en allemand dans Francia Recensio n°3/2023 rédigé par Julia Spohr : DOI / Lire le compte rendu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search