AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Un appel à contribution qui inclut l’espace germanophone comme partie du large espace centre-européen:

Colloque international “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (UMR Eur’ORBEM, Sorbonne Université, 17-18 octobre 2024)

Le colloque s’inscrit dans le cycle Femmes et choc(s) d’émancipation du CIRCE / Eur’ORBEM, développé depuis 2022 en partenariat avec le CEFRES.

Organisatrices : Cécile Gauthier (Université de Reims), Malgorzata Smorag-Goldberg (Sorbonne Université) et Agnieszka Sobolewska (Université de Varsovie).
Date et lieu : jeudi 17 et vendredi 18 octobre 2024, Paris
Date limite d’envoi des propositions : jeudi 15 février 2024
Langues : français et anglais

Invisibles et invisibilisées, marginales et marginalisées, subalternes, inférieures, ancillaires, non fiables, si ce n’est infidèles… Autant de qualificatifs qui ont longtemps pu être appliqués aux femmes comme aux traductions. Prenant le contrepied de ces représentations, on se propose de réfléchir à la traduction (en tant que théorie, métier, pratique, voire acte de création) comme possible instrument d’émancipation pour les femmes en Europe centrale et orientale, du XIXe siècle à nos jours.

Au XIXe siècle, le rôle crucial joué dans l’essor des langues et des littératures nationales par la traduction lui confère une forme de légitimité, qui pourrait croiser la mission dévolue aux femmes d’éducatrices de la nation, de gardiennes de la langue, qu’elles ont le devoir de transmettre à l’échelle individuelle (familiale) et collective (nationale). Mais se voient-elles, en traduisant, cantonnées à une pratique en quelque sorte d’intérêt général, ou bassement alimentaire, et en outre (partiellement) imitative ? Ou bien cette pratique est-elle susceptible de favoriser l’émancipation ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Podcast “Masculinités et nazisme”

Le cinquième épisode du podcast “Du genre dans l’histoire. Enseigner l’histoire avec le genre pour former les élèves à l’égalité des sexes” produit par l’Association Mnémosyne, intitulé “Masculinités et nazisme” est en ligne ici.

Patrick Farges (Université de Paris) y parle de l’ouvrage co-édité avec Elissa Mailänder, Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, publié en 2022 chez Septentrion. (Résumé, sommaire et compte rendu)

Extrait du résumé du podcast : “Durant environ une heure, nous revenons sur l’historiographie à laquelle se rattache l’ouvrage de Patrick Farges et Elissa Maïlander, en nous questionnant notamment sur les sources permettant d’étudier une histoire des masculinités sous le nazisme. Ensuite, nous questionnons les moyens utilisés pour imposer les normes d’une certaine masculinité sous le nazisme, et la façon dont la camaraderie a aidé l’imposition de ces normes, et leur expression violente, avant, pendant et après la guerre. Enfin, nous nous demandons en quoi ces normes transforment-elle la société allemande sous le nazisme, en ouvrant les questionnement autour, entre autres, des rapports entre hommes et femmes.
Dans un second temps, Clémentine [Letellier] fait un point sur les programmes scolaires d’histoire, en collège comme en lycée, afin de réfléchir avec Patrick Farges à des sources intéressantes à mobiliser dans nos cours.”

Un podcast produit par l’Association Mnémosyne avec Cécile Béghin. Noémie Gmür et Clémentine Letellier à la technique. Clémentine Letellier à la lecture des textes.

Bonne écoute !

Workshop “Genre et alimentation”

Responsables : Susanne Böhmisch (ÉCHANGES, AMU), Anne Isabelle François (CERC, Sorbonne Nouvelle et GIS Institut du Genre)
7 et 8 novembre 2024
Aix-Marseille Université
UFR ALLSH, Aix-en-Provence

Date butoir d’envoi des propositions de communication : 2 avril 2024

Depuis le début du XXIe siècle, l’investissement de la nourriture comme objet de recherche connaît un regain important, donnant lieu à un champ scientifique particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et l’interculturalité, nommé parfois food studies ou Kulinaristik. Parmi les aspects étudiés autour de l’alimentation envisagée par quelques précurseurs comme « fait social total » (Marcel Mauss, 1925) ou « système sémiologique » (Roland Barthes, 1957) figurent sa dimension hybride entre matière et signe ; les mécanismes d’incorporation du monde, de l’autre ; les constructions identitaires ; le rapport à l’imaginaire (« nous nous nourrissons de nutriments, mais aussi d’imaginaire »). L’alimentation précisément est un vaste champ où s’entrecroisent le biologique et le social, où se structurent et se reproduisent des ordres symboliques, des pratiques culturelles, où se brouillent et se redéfinissent les frontières entre le moi et l’autre, où se manifestent également différentes représentations de genre et où se performe le genre (Monika Setzwein, 2004). Il suffit de penser à la division genrée entre l’activité de cuisine quotidienne et la « grande » cuisine à laquelle est associée le prestige de la créativité et du savoir, ou bien aux analogies genrées entre nourriture et sexualité (chair à consommer) qui font partie intégrante de nos cultures visuelles et textuelles depuis longtemps. On peut rappeler les thèses de Pierre Bourdieu sur les différentes manières de manger et les différents aliments choisis pour correspondre à une idée de féminité ou masculinité (La distinction, 1979), ou bien la polémique déclenchée en France en septembre 2022 à partir d’une phrase prononcée par Sandrine Rousseau (Europe Écologie Les Verts) : « Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité ».

Pourtant, le croisement des food et gender studies est un champ encore peu investi dans la recherche, même si les travaux commencent à se multiplier (comme en témoigne ainsi l’appel « Genre et alimentation de l’Antiquité à nos jours » de la revue Genre & Histoire : https://journals.openedition.org/genrehistoire/7868). Ce croisement permet d’analyser la manière dont les pratiques et symboliques alimentaires participent à la construction genrée d’identités ainsi que la manière dont normes, pouvoir, genre et nourriture s’entremêlent. L’anthropologue américaine Carole Counihan a été une pionnière dans le domaine (The Anthropology of Food and Body. Gender, Meaning and Power, 1999), mettant en lumière les inégalités genrées persistantes dans le domaine alimentaire, alors que les femmes ont traditionnellement la responsabilité de nourrir les autres. Les objets culturels et les imaginaires constituent un terrain d’examen par excellence pour examiner ces articulations dans leurs enjeux et modalités. Le croisement du genre et de l’alimentation permet ainsi d’analyser comment la littérature, les arts, la scène, la langue s’emparent de la sémantique nourricière, s’il y a consolidation ou transgression des normes genrées, comment le genre s’y performe, et quelles nouvelles esthétiques, éthiques ou pensées en résultent.

Nous proposons pour ce workshop d’aborder ce questionnement sous quatre axes :

  • Axe 1 : Genre, alimentation et avant-gardes
  • Axe 2 : Genre, alimentation et normativités
  • Axe 3 : Genre, alimentation et interculturalité
  • Axe 4 : Avenir de l’alimentation et perspectives genrées

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet.

Romain Becker: “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”

Soutenance de thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h (ENS de Lyon, salle D2-034)

Romain Becker a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h, en salle D2-034, à l’ENS de Lyon.

La thèse est intitulée “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”. Le jury est présidé par Hilda INDERWILDI (Université Toulouse 2 – Jean Jaurès) et composé d’Hélène CAMARADE (Université Bordeaux Montaigne) et de Patrick FARGES (Université Paris Cité) (pré-rapporteurs), Jean-Paul GABILLIET (Université Bordeaux Montaigne, co-directeur de la thèse), et Anne LAGNY (ENS de Lyon, directrice de la thèse).

Résumé: Cette thèse explore l’évolution des pratiques éditoriales de Reprodukt, un éditeur berlinois qui publie des bandes dessinées en allemand. À travers une étude quantitative du catalogue et des analyses d’œuvres précises, ce travail de recherche illustre l’importance d’une maison d’édition pour qu’une bande dessinée trouve son public, en particulier sur un marché qui lui est hostile. À mesure que sa ligne éditoriale change et se diversifie, Reprodukt passe d’une micro-entreprise dans un ancien squat à une maison d’édition indépendante de taille moyenne. Alors qu’elle publiait initialement des artistes nord-américain∙es et allemand∙es punk, elle s’appuie progressivement de plus en plus sur des œuvres franco-belges grand public et augmente sa cadence de production. Son identité est certes forgée par ses publications, mais aussi par son implantation dans l’industrie très polarisée de la bande dessinée germanophone, et par sa localisation à Berlin, un centre pour l’art alternatif. L’entreprise, qui édite surtout des œuvres étrangères, fait office d’interface entre la bande dessinée internationale et l’aire germanophone : en cela, son travail consiste avant tout à adapter des bandes dessinées à un nouveau lectorat. Ce travail étudie ainsi ses choix concernant la traduction et le lettrage, mais aussi le format, le prix, le moment de publication, etc. Systématiquement, la maison d’édition cherche à valoriser son activité en particulier et le neuvième art en général. Reprodukt révèle ainsi de manière exemplaire les difficultés de la bande dessinée germanophone et les stratégies utilisées pour y faire face.

Crédits image : https://becker-illustration.com/portraits

Quatrième rencontre du réseau Genre en germ’ les 18 et 19 juin 2024

A Aix-Marseille Université, Bât. Multimedia, Salle colloque 2. UFR ALLSH, Aix-en-Provence

Lors des deux premières réunions de Genre en Germ’ qui ont eu lieu à Paris (Campus Condorcet) les 13 janvier et 16 juin 2023, il a été convenu que les rencontres annuelles de ce réseau réunissant jeunes chercheur·es et chercheur·es confirmé·es seraient accueillies à tour de rôle dans différentes universités en France.

C’est pourquoi nous vous proposons de participer à la 4e Rencontre du réseau Genre en Germ’ qui se tiendra à Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université, UFR ALLSH) sur deux demi-journées, les 18 et 19 juin 2024. La 3e Rencontre, dédiée principalement à la réflexion sur la pérennisation du réseau, est programmée à Paris, le 12 janvier 2024. Comme lors des premières rencontres, le format choisi est celui du workshop qui permet aux intervenant·es de présenter un ouvrage ou un article paru ou à paraître, des recherches en cours, un appel à communication ou un projet, ou encore d’échanger autour de concepts et d’outils méthodologiques. Les prises de parole seront de 10 à 15 minutes pour laisser une large place à la discussion. Nous invitons également celles et ceux qui ont déjà présenté un projet de recherches et/ou de manifestation scientifique lors des rencontres précédentes à donner un bref bilan ou un bilan d’étape, en fonction de l’avancement de leurs travaux et des nouvelles perspectives créées. Par ailleurs, nous proposerons une table ronde sur le lien entre recherche et pédagogie en études de genre. Si vous souhaitez·y participer ou présenter brièvement un cas d’études, contactez-nous.

En guise d’introduction à ces deux demi-journées, nous vous présenterons quelques ressources régionales : l’association Mémoire des Sexualités de Marseille, le Service Respect et Égalité (unique en France) pour une discussion autour des violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur, le « Guide pour une communication équitable en genre » en cours d’élaboration par Aix-Marseille Université. Nous pourrons également amorcer la réflexion sur un projet éditorial collectif : un Abécédaire du genre conçu comme une anthologie bilingue avec des entrées sur des notions/thématiques.

Si vous souhaitez intervenir lors de cette rencontre à Aix-Marseille Université, merci de nous écrire en vous présentant brièvement et en proposant un titre accompagné de quelques lignes sur la nature de votre intervention.

Date-limite pour soumettre une proposition : 15 février 2024

Merci d’adresser votre proposition à : susanne.bohmisch@univ-amu.fr, veronique.dallet-mann@univ-amu.fr, nathalie.schnitzer@univ-amu.fr, david.weber@univ-amu.fr

Que vous souhaitiez intervenir ou non, vous serez les bienvenu·es lors de cette 4e Rencontre Genre en Germ’ (édition AMU), afin d’échanger sur toutes ces questions.

Troisième rencontre du réseau Genre en Germ’ le 12 janvier 2024

Campus Condorcet, Aubervilliers

Après les rencontres de janvier et juin 2023 et, voici quelques jours, la table ronde du Congrès de l’AGES, notre réseau a trouvé son rythme de croisière. Il est à présent temps de nous réunir pour réfléchir ensemble à sa structuration et à sa pérennisation.

C’est pourquoi nous vous proposons une rencontre à Aubervilliers le 12 janvier prochain sur le campus Condorcet que nous connaissons désormais bien. Son principal objet sera d’étudier les différentes options qui sont les nôtres en matière de fonctionnement : type de structure et instances (association, bureau ?), périodicité des rencontres (annuelles, biannuelles ?), lieux des rencontres alternance Paris/province ?). Nous pourrons également aborder de possibles orientations et évolutions futures : constitution de sous-groupes de travail, internationalisation, ouverture à d’autres disciplines… Cette liste n’est ni exclusive, ni exhaustive : durant ce temps d’échanges volontairement long, prévu le matin à partir de 10h, toutes les questions et/ou suggestions seront les bienvenues.

Après le déjeuner, nous aimerions enclencher, lors d’un atelier, une réflexion consacrée aux liens entre pédagogie et recherche en études de genre, réflexion qui trouvera un prolongement en juin lors de la table ronde organisée par l’équipe d’Aix. Nous vous invitons donc à vous manifester si vous souhaitez nous faire part de vos expériences, de vos réflexions et de vos projets en la matière, toujours dans le format souple qui est le nôtre d’une dizaine/quinzaine de minutes de présentation donnant lieu à discussion avec l’auditoire.

Nous attendons vos propositions pour ce petit atelier sous la forme d’un descriptif d’une dizaine de lignes d’ici le 15 décembre à l’adresse genre en germ’ : genre.en.germ@gmail.com

Sibylle Goepper, Anne-Laure Briatte, Hélène Camarade et Valérie Dubslaff

L’engagement au fil du temps

Transmissions et héritages de l’engagement dans les pays de langue allemande (XIXe-XXIe siècles)

Journées d’études doctorales organisées par les doctorantes du CREG, le 14 et 15 mars 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse.

Deadline : 15 décembre 2023

Organisation : Nathalie Fend de Sousa Lobo (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)
Fiona O’Donnell (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès, Université de Ratisbonne) 
Alexia Rosso (CREG, Université Toulouse Jean Jaurès)

AAC en français / en allemand

Compte rendu JE “Ecrivaines entre littérature et sciences” 5-6 oct. 2023

Compte rendu des Journées d’études « Ecrivaines entre littérature et sciences Négociations de savoirs dans les pratiques d’écriture de femmes dans l’espace germanophone depuis la fin du XIX e siècle » Université de Franche-Comté, Besançon, 5 et 6 octobre 2023.

Compte rendu par Léa CASSAGNAU, Université de Franche-Comté, CRIT (Besançon)

Organisation: Kerstin WIEDEMANN, Université de Lorraine, CERCLE (Nancy)
Ralph WINTER, Université de Franche-Comté, CRIT (Besançon)

Programme // Appel à contributions 

Le genre comme outil d’investigation des altérités : concepts, méthod(ologi)es, du féminisme au queer dans les études germaniques

Dans le cadre du congrès 2023 de l’AGES “Altérités dans l’espace germanophone” à Paris, du 16 au 18 novembre 2023, le réseau Genre en Germ’ organise une table ronde le jeudi 16 novembre de 17 h 00 – 18 h 30.

Pour parler du genre comme outil d’investigation des altérités : concepts, méthod(ologi)es, du féminisme au queer dans les études germaniques, interviendront Romain Becker (ENS Lyon), Patrick Farges (Université Paris Cité), Sylvie Marchenoir (Université de Bourgogne) et Nathalie Schnitzer (Aix-Marseille Université). La modération sera assurée par Anne-Laure Briatte (Sorbonne Université) et Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3).

Programme complet du congrès 2023 de l’AGES.

Image : Affiche du film Anders als die Andern, 1919, réalisé par Richard Oswald. Source

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search