AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Un appel à contribution qui inclut l’espace germanophone comme partie du large espace centre-européen:

Colloque international “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (UMR Eur’ORBEM, Sorbonne Université, 17-18 octobre 2024)

Le colloque s’inscrit dans le cycle Femmes et choc(s) d’émancipation du CIRCE / Eur’ORBEM, développé depuis 2022 en partenariat avec le CEFRES.

Organisatrices : Cécile Gauthier (Université de Reims), Malgorzata Smorag-Goldberg (Sorbonne Université) et Agnieszka Sobolewska (Université de Varsovie).
Date et lieu : jeudi 17 et vendredi 18 octobre 2024, Paris
Date limite d’envoi des propositions : jeudi 15 février 2024
Langues : français et anglais

Invisibles et invisibilisées, marginales et marginalisées, subalternes, inférieures, ancillaires, non fiables, si ce n’est infidèles… Autant de qualificatifs qui ont longtemps pu être appliqués aux femmes comme aux traductions. Prenant le contrepied de ces représentations, on se propose de réfléchir à la traduction (en tant que théorie, métier, pratique, voire acte de création) comme possible instrument d’émancipation pour les femmes en Europe centrale et orientale, du XIXe siècle à nos jours.

Au XIXe siècle, le rôle crucial joué dans l’essor des langues et des littératures nationales par la traduction lui confère une forme de légitimité, qui pourrait croiser la mission dévolue aux femmes d’éducatrices de la nation, de gardiennes de la langue, qu’elles ont le devoir de transmettre à l’échelle individuelle (familiale) et collective (nationale). Mais se voient-elles, en traduisant, cantonnées à une pratique en quelque sorte d’intérêt général, ou bassement alimentaire, et en outre (partiellement) imitative ? Ou bien cette pratique est-elle susceptible de favoriser l’émancipation ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Podcast “Masculinités et nazisme”

Le cinquième épisode du podcast “Du genre dans l’histoire. Enseigner l’histoire avec le genre pour former les élèves à l’égalité des sexes” produit par l’Association Mnémosyne, intitulé “Masculinités et nazisme” est en ligne ici.

Patrick Farges (Université de Paris) y parle de l’ouvrage co-édité avec Elissa Mailänder, Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, publié en 2022 chez Septentrion. (Résumé, sommaire et compte rendu)

Extrait du résumé du podcast : “Durant environ une heure, nous revenons sur l’historiographie à laquelle se rattache l’ouvrage de Patrick Farges et Elissa Maïlander, en nous questionnant notamment sur les sources permettant d’étudier une histoire des masculinités sous le nazisme. Ensuite, nous questionnons les moyens utilisés pour imposer les normes d’une certaine masculinité sous le nazisme, et la façon dont la camaraderie a aidé l’imposition de ces normes, et leur expression violente, avant, pendant et après la guerre. Enfin, nous nous demandons en quoi ces normes transforment-elle la société allemande sous le nazisme, en ouvrant les questionnement autour, entre autres, des rapports entre hommes et femmes.
Dans un second temps, Clémentine [Letellier] fait un point sur les programmes scolaires d’histoire, en collège comme en lycée, afin de réfléchir avec Patrick Farges à des sources intéressantes à mobiliser dans nos cours.”

Un podcast produit par l’Association Mnémosyne avec Cécile Béghin. Noémie Gmür et Clémentine Letellier à la technique. Clémentine Letellier à la lecture des textes.

Bonne écoute !

Workshop “Genre et alimentation”

Responsables : Susanne Böhmisch (ÉCHANGES, AMU), Anne Isabelle François (CERC, Sorbonne Nouvelle et GIS Institut du Genre)
7 et 8 novembre 2024
Aix-Marseille Université
UFR ALLSH, Aix-en-Provence

Date butoir d’envoi des propositions de communication : 2 avril 2024

Depuis le début du XXIe siècle, l’investissement de la nourriture comme objet de recherche connaît un regain important, donnant lieu à un champ scientifique particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et l’interculturalité, nommé parfois food studies ou Kulinaristik. Parmi les aspects étudiés autour de l’alimentation envisagée par quelques précurseurs comme « fait social total » (Marcel Mauss, 1925) ou « système sémiologique » (Roland Barthes, 1957) figurent sa dimension hybride entre matière et signe ; les mécanismes d’incorporation du monde, de l’autre ; les constructions identitaires ; le rapport à l’imaginaire (« nous nous nourrissons de nutriments, mais aussi d’imaginaire »). L’alimentation précisément est un vaste champ où s’entrecroisent le biologique et le social, où se structurent et se reproduisent des ordres symboliques, des pratiques culturelles, où se brouillent et se redéfinissent les frontières entre le moi et l’autre, où se manifestent également différentes représentations de genre et où se performe le genre (Monika Setzwein, 2004). Il suffit de penser à la division genrée entre l’activité de cuisine quotidienne et la « grande » cuisine à laquelle est associée le prestige de la créativité et du savoir, ou bien aux analogies genrées entre nourriture et sexualité (chair à consommer) qui font partie intégrante de nos cultures visuelles et textuelles depuis longtemps. On peut rappeler les thèses de Pierre Bourdieu sur les différentes manières de manger et les différents aliments choisis pour correspondre à une idée de féminité ou masculinité (La distinction, 1979), ou bien la polémique déclenchée en France en septembre 2022 à partir d’une phrase prononcée par Sandrine Rousseau (Europe Écologie Les Verts) : « Il faut changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité ».

Pourtant, le croisement des food et gender studies est un champ encore peu investi dans la recherche, même si les travaux commencent à se multiplier (comme en témoigne ainsi l’appel « Genre et alimentation de l’Antiquité à nos jours » de la revue Genre & Histoire : https://journals.openedition.org/genrehistoire/7868). Ce croisement permet d’analyser la manière dont les pratiques et symboliques alimentaires participent à la construction genrée d’identités ainsi que la manière dont normes, pouvoir, genre et nourriture s’entremêlent. L’anthropologue américaine Carole Counihan a été une pionnière dans le domaine (The Anthropology of Food and Body. Gender, Meaning and Power, 1999), mettant en lumière les inégalités genrées persistantes dans le domaine alimentaire, alors que les femmes ont traditionnellement la responsabilité de nourrir les autres. Les objets culturels et les imaginaires constituent un terrain d’examen par excellence pour examiner ces articulations dans leurs enjeux et modalités. Le croisement du genre et de l’alimentation permet ainsi d’analyser comment la littérature, les arts, la scène, la langue s’emparent de la sémantique nourricière, s’il y a consolidation ou transgression des normes genrées, comment le genre s’y performe, et quelles nouvelles esthétiques, éthiques ou pensées en résultent.

Nous proposons pour ce workshop d’aborder ce questionnement sous quatre axes :

  • Axe 1 : Genre, alimentation et avant-gardes
  • Axe 2 : Genre, alimentation et normativités
  • Axe 3 : Genre, alimentation et interculturalité
  • Axe 4 : Avenir de l’alimentation et perspectives genrées

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search