Dossier “Ce que le genre fait aux Etudes germaniques” (Allemagne d’Aujourd’hui, n°237, 2021)

Le « genre » jouit sans conteste d’un statut ambivalent en France. Les études qui lui sont consacrées n’ont sans doute jamais été aussi solidement ancrées dans le paysage universitaire qu’elles le sont aujourd’hui : elles suscitent des vocations et génèrent pléthore de mémoires de master, de thèses, d’habilitation à diriger des recherches ; on peut donc affirmer sans exagérer que le genre a trouvé sa place dans le monde de la recherche, en sciences humaines et sociales notamment, où il est présent et utilisé, de manière plus ou moins affirmée, dans toutes les disciplines. Son degré d’institutionnalisation académique est inédit, du moins dans le Nord globalisé. Cependant, à mesure que croît sa visibilité, les tensions augmentent ; les résistances virent parfois même à des luttes sans merci. Aussi les études sur le genre n’ont-elles jamais été autant fragilisées par des remises en cause ciblées, dans le champ universitaire mais aussi politique, où elles essuient sans discontinuer les critiques et attaques les plus acerbes.

Couverture Allemagne d'Aujourd'hui 237
Couverture Allemagne d’Aujourd’hui 237

Ce dossier s’inscrit dans une même démarche (auto)réflexive, mais il l’ouvre au collectif en questionnant l’usage du genre à l’échelle d’une discipline, la germanistique française. Des initiatives similaires ont vu le jour ailleurs. L’association “Mnémosyne – Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre” a par exemple publié en 2020 un bilan d’étape sur l’histoire des femmes et du genre dans la revue Genre & Histoire. Dès 2008, des sociologues, anthropologues, historiens et philosophes se sont interrogés sur le genre en tant que modalité des relations sociales dans Ce que le genre fait aux personnes, tandis qu’en 2013, des juristes se sont penchés dans Ce que le genre fait au droit sur les implications d’un positionnement féministe à l’intérieur de leur champ. C’est en suivant le sillage de cette introspection disciplinaire que notre dossier explore « ce que le genre fait aux études germaniques ».

Continuer la lecture de Dossier “Ce que le genre fait aux Etudes germaniques” (Allemagne d’Aujourd’hui, n°237, 2021)

Rencontre inaugurale de Genre en Germ’

Journée d’études, Centre de colloques du Campus Condorcet à Aubervilliers, 13 janvier 2023.

Dans le cadre des travaux menés pour le numéro thématique “Ce que le genre fait aux études germaniques” (Allemagne d’aujourd’hui, n° 237, juillet-septembre 2021), l’idée a été lancée parmi les participant.es d’organiser des rencontres annuelles entre les germanistes travaillant sur le genre (et champs annexes), ou souhaitant le faire à l’avenir, afin de pérenniser les échanges et de favoriser l’émergence de projets ou de collaborations nouvelles.

Affiche de la rencontre inaugurale Genre en Germ du 13 janvier 2023
Affiche de la rencontre inaugurale Genre en Germ du 13 janvier 2023

Nous vous proposons ainsi de participer à un premier workshop qui se tiendra à Paris (campus Condorcet), le 13 janvier 2023. Il vous donnera la possibilité de venir présenter des recherches en cours, les résultats d’un article déjà paru ou à paraître, un ouvrage, un appel à
communication ou un projet, ou encore d’échanger autour de concepts, d’outils méthodologiques, de textes ou de problèmes rencontrés. Les prises de parole seront d’environ 15 minutes.

Que vous souhaitiez intervenir ou non, nous espérons vous compter nombreuses et nombreux lors de cette rencontre afin d’échanger de façon informelle sur les objets et les outils situés à l’intersection entre les études germaniques (littérature, études culturelles, civilisation, histoire des idées, linguistique…) et le genre, ainsi qu’à toutes les perspectives auxquelles leurs croisements pourraient et pourront donner lieu.

Anne-Laure Briatte (Sorbonne Université – Sirice), Hélène Camarade (Bordeaux Montaigne – Plurielles), Valérie Dubslaff (Rennes 2 – ERIMIT), Sibylle Goepper (Lyon 3 – IETT).

Vous trouverez le compte rendu de cette rencontre ici.

Au programme de cette rencontre inaugurale

10h15-11h15 Projets collectifs à venir

  • Susanne Böhmisch, Cécile Chamayou-Kuhn,Sibylle Goepper, Elise Petit et Agathe Mareuge: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours : sociabilités, esthétiques, mémoires” (Aix-Marseille Université, Université de Lorraine, Université Lyon 3, Sorbonne Université, Université Grenoble Alpes).
  • Katell Brestic, Andrea Brünig, Aurélie Cachera : “Femme, Genre et espace(s) public(s) en temps de crise » (Université d’Angers).
  • Susanne Böhmisch : “Genre et nourriture” (Aix-Marseille Université).

11h45-12h15 Travaux de thèse soutenue

Lucia Schmidt : “Le genre dans les débats parlementaires au Bundestag (1996-2015)” (Université de Franche-Comté).

13h30-14h30 Recherche en cours

  • Stéphanie Chapuis-Després : “Anna Fischer-Dückelmann et les femmes dans les mouvements de Réforme de la vie” (Université Savoie Mont Blanc).
  • Philipp Jonke : “Le genre au quotidien : les pratiques vestimentaires individuelles et le genre en Allemagne depuis la fin du XIXe siècle” (Université de Bourgogne)

14h45-15h45 Recherche en cours / Travaux de thèse en cours

  • Agathe Bernier-Monod : “Hermann Brill (1895-1959), ou ce que les masculinités apportent à la biographie politique” (Université Le Havre Normandie).
  • Romain Becker : “Le genre de l’édition dans la bande dessinée germanophone” (École Normale Supérieure de Lyon).

16h15-17h30 Présentation d’ouvrage / Table ronde

  • Patrick Farges pour: Patrick Farges, Elissa Mailänder (dir.), Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, Septentrion, 2022 (Université Paris-Cité).
  • Table ronde: discussion plénière: Faire vivre et visibiliser le réseau Genre en Germ’ : perspectives franco-allemandes et internationales, nouveaux modes de valorisation de la recherche (blogs, sites, expositions…).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search