Suggestions pour une communication équitable en genre

Fondée en 1972, les Cahiers d’Études Germaniques (CEG) ont fêté leur cinquantième anniversaire en 2022. La revue publie deux numéros thématiques par an consacrés aux pays de langue allemande. Attachée à la pluridisciplinarité des approches, elle est ouverte à un large éventail de spécialités : arts, histoire, histoire des idées, linguistique, littérature, études inter- et transculturelles, gender studies… Les articles de spécialistes français et étrangers s’adressent aux germanistes, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à la langue et à la culture germaniques. Les CEG sont le fruit de la collaboration des Universités Aix-Marseille, Lumière Lyon 2, Paul-Valéry Montpellier et Toulouse Jean-Jaurès.

Suite à une rencontre de Genre en Germ’, les CEG ont mis en place des suggestions pour une communication équitable en genre.

Les bases

Accordez les titres, grades et noms de métiers au féminin : l’autrice (ou l’auteure), la poétesse (ou la poète), l’enseignante-chercheuse. Parlez des femmes plutôt que de « la femme », des droits humains plutôt que des « droits de l’homme » : la journée internationale des droits des femmes, la défense des droits humains. Utilisez des doublets pour rendre visible la présence de femmes dans un groupe de personnes : les musiciens et les musiciennes. Certains doublets peuvent éventuellement être abrégés à l’aide du point médian : afin de préserver la lisibilité du texte, veillez toutefois à ne pas abuser de cette solution. Elle est par exemple mal adaptée pour les personnes non voyantes utilisant les lecteurs d’écran !

Usage raisonné du point médian

Vous pouvez utiliser ce marqueur de communication équitable à certains endroits stratégiques de votre texte, sans pour autant supprimer toute forme de masculin générique, ce qui peut devenir très fastidieux. L’objectif n’est pas de remplacer une norme contraignante (le masculin l’emporte systématiquement sur le féminin !) par une autre, alors que l’usage de cette typographie est encore expérimental. Il s’agit simplement de montrer qu’une écriture plus équitable en genre est possible, tout en conservant une certaine souplesse dans sa mise en œuvre. En pratique : – Le point médian s’obtient en combinant Alt+0183 (PC) ou Maj+Alt+F (MAC) sur le pavé numérique de votre clavier. Pour éviter cette manipulation, vous pouvez aussi le remplacer par un point bas : les étudiant.es, les professeur.es. – Utilisez le point médian uniquement lorsque le féminin consiste en l’ajout d’une ou deux lettres en finale : l’étudiant.e, l’historien.ne. Lorsque masculin et féminin ont des finales différentes, utilisez plutôt les doublets complets : le traducteur ou la traductrice, les chercheuses et les chercheurs. Lorsque les doublets concernent des mots entiers, vous pouvez utiliser la barre oblique : le/la, il/elle Visibiliser ou neutraliser l’opposition masculin/féminin ? Les doublets (complets ou abrégés) ont pour fonction de rendre le féminin plus visible. Afin de ne pas trop alourdir le texte, certaines formulations peuvent être au contraire neutralisées. Cette solution permet également de dépasser l’opposition binaire masculin/féminin. Différents moyens stylistiques favorisent cette neutralisation, par exemple : – le passage au pluriel : le ou la collègue > les collègues – l’utilisation de la forme passive : ils ont traité ce sujet > ce sujet a été traité – le recours à des expressions englobantes : les chercheurs > l’équipe de recherche

En conclusion

Les solutions sont nombreuses pour rendre votre communication plus équitable en genre. Des guides commencent à être diffusés par les universités françaises. Vous trouverez ci-dessous quelques liens utiles pour aller plus loin dans la réflexion sur cette question très actuelle.

Vous trouverez l’ensemble du document avec des liens utiles ici.

Les CEG sont consultables ici : https://journals.openedition.org/ceg/

“Genre et violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales”

Appel à communications pour une journée d’étude MKGD et un atelier d’écriture pour doctorant.es ayant lieu les jeudi et vendredi 30 et 31 janvier 2025

Lieu de la rencontre : Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (ZMSBw), Potsdam

Organisatrices: Prof. Dr. Tanja Bührer (Paris Lodron Universität Salzburg), Prof. Dr. Isabelle Deflers (Universität der Bundeswehr München) und Prof. Dr. Karen Hagemann (University of North Carolina at Chapel Hill) en coopération avec le ZMSBw.

Thème et objectifs

La violence extrême des guerres coloniales et des guerres de libération anticoloniales ainsi que la pratique de la violence structurelle et réelle, inhérente à la domination coloniale, ont fait l’objet d’une attention scientifique accrue au niveau international au cours des deux dernières décennies. Cependant, la dimension de genre reste encore trop peu étudiée, bien que les recherches menées jusqu’à présent sur l’histoire du genre dans les conflits coloniaux montrent que cette catégorie d’analyse a une importance considérable aussi bien comme approche théorique et méthodologique que comme objet de recherche.

Les rôles genrés construits de manière intersectionnelle en lien avec les différences sociales, ethniques et raciales ont façonné et légitimé les capacités d’action des hommes comme des femmes dans les interactions marquées par la violence des conflits coloniaux. Elles ont considérablement influencé les pratiques de violence des envahisseurs coloniaux et les expériences de violence de la population colonisée. Les femmes indigènes dans les colonies ont par exemple été en grand nombre victimes de violences sexuelles sous différentes formes allant de la prostitution forcée aux concubinages forcés en passant par les viols. Les hommes indigènes ont été contraints au travail forcé par les puissances coloniales et recrutés comme soldats dits coloniaux.

Dans les guerres coloniales et les guerres de libération anticoloniales, surtout lorsqu’elles prenaient la forme de guérillas, la distinction faite dans le droit international de la guerre – du moins en théorie – entre les soldats et la population civile était en général totalement abolie. Elles ont été menées très tôt comme des guerres « totales » avec une violence de masse systématique contre l’ensemble de la population à coloniser. Tant les troupes coloniales que les forces armées des mouvements de libération anticoloniaux dépendaient, lors de leurs campagnes, du soutien et des services de la population civile, y compris des femmes. Après les conquêtes coloniales victorieuses, la tyrannie sur la population indigène s’est maintenue de diverses manières. Dans les métropoles impériales, les hommes comme les femmes ont, de manière spécifique à chaque sexe, soutenu la politique guerrière de la conquête coloniale. Les deux sexes ont également participé activement et de différentes manières aux soulèvements et aux guerres de libération qui ont lutté contre l’oppression coloniale.

L’objectif de la première journée d’étude thématique du nouveau réseau de recherche MKGD est d’étudier les interactions marquées par diverses formes de violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales, dans une approche comparative et en mettant l’accent sur le « genre ». Nous voulons prendre en considération les conflits coloniaux tant à l’époque moderne que contemporaine jusqu’à la fin de la guerre froide et invitons à proposer soit des études de cas contextualisées, soit des comparaisons diachroniques ou synchroniques.

Vous trouverez plus d’informations ici : Télécharger l’AAC complet
 

Création du réseau de recherche « Armée, guerre et genre / diversité » (MKGD)

La guerre en Ukraine, qui a commencé en février 2022 avec l’attaque de la Russie sur le territoire ukrainien, le récent conflit au Moyen-Orient, déclenché par l’attaque terroriste du Hamas contre Israël, et bien d’autres conflits militaires passés et présents montrent l’importance du genre et de la diversité pour notre compréhension des événements. Les recherches internationales et nationales sur le genre dans le domaine militaire et la guerre soulignent que les significations, les causes et les conséquences des conflits militaires ne peuvent être comprises sans tenir compte de la catégorie d’analyse du « genre ». Il en va de même pour le fonctionnement et la culture des forces armées et leurs formes d’exercice légal et illégal de la violence militaire. Parmi ces dernières, on trouve les pratiques de violence sexuelle et sexualisée qui, à des degrés divers et sous des formes différentes, ont fait partie des guerres depuis l’Antiquité et continuent de le faire aujourd’hui. Mais même en temps de paix, des faits de violence sexuelle et sexualisée ont eu lieu au sein des forces armées et commis par les forces armées. Aujourd’hui encore, l’OTAN et la Bundeswehr, comme la plupart des forces armées, telles les troupes des missions de maintien de la paix de l’ONU, doivent lutter contre l’inégalité et la discrimination sexuelle dans leurs propres rangs et contribuer à une meilleure compréhension des sujtes liés au genre et à la diversité.

La recherche sur le thème de l’armée, de la guerre et du genre/de la diversité n’a donc pas seulement une pertinence scientifique, mais aussi sociale et politique. Mais les lacunes de la recherche sont encore importantes, surtout dans les sciences historiques, culturelles, sociales et politiques, en particulier dans l’espace germanophone, mais aussi au niveau international. C’est là que le réseau de recherche sur l’armée, la guerre et le genre/la diversité, officiellement créé le 11 mars 2024 à Potsdam lors d’un atelier de lancement, veut amorcer un changement. Vingt-trois scientifiques travaillant dans des universités et des instituts de recherche extra-universitaires de sept pays différents (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Autriche, Suisse et États-Unis) ont rejoint ce groupement interdisciplinaire. Le Centre d’histoire militaire et de sciences sociales de la Bundeswehr (ZMSBw) se joint également au réseau de recherche en tant que partenaire.

Objectifs et problématiques

L’objectif du réseau de recherche est de traiter systématiquement l’approche et l’objet de recherche « genre/diversité, armée, violence et guerre » par une collaboration intensive entre chercheuses et chercheurs. Son but est aussi de promouvoir systématiquement l’étude du lien entre le genre/la diversité, l’armée et la violence en tant qu’approche et objet de recherche par le biais d’une coopération interdisciplinaire, nationale et internationale. Il poursuit également comme but de soutenir la recherche des jeunes chercheuses et chercheurs ainsi que de développer des projets de recherche communs, dont l’objectif est de combler les lacunes dans ce domaine de la recherche. Différents degrés et formes de participation au groupement de recherche sont possibles et souhaités.

La question centrale du groupement de recherche est de savoir quelle importance l’armée et la guerre ont eu et ont en tant que producteurs de genre dans le passé et le présent, et vice versa dans quelle mesure les représentations du genre/de la diversité ont marqué l’armée et ses pratiques de violence en temps de paix et de guerre et le font encore aujourd’hui. Cette question ne peut être traitée de manière pertinente que par une approche interdisciplinaire, c’est pourquoi les historiennes et historiens de ce réseau travaillent en étroite collaboration avec des spécialistes des sciences sociales et culturelles.

La période envisagée va du XVIIe au XXIe siècle. Le cadre géographique doit certes être large, mais l’accent sera mis dans un premier temps sur l’espace allemand et européen afin de commencer à traiter les lacunes de la recherche. En outre, il est important de se pencher sur les expansions coloniales et impériales parties d’Europe et qui ont conduit à des guerres coloniales et impériales ainsi qu’à des guerres de libération anticoloniales. D’autre part, les opérations à l’étranger et les missions internationales auxquelles la Bundeswehr, d’autres armées européennes ainsi que les forces de l’OTAN et de l’ONU ont participé depuis la fin de la guerre froide, doivent également être examinées dans une perspective genrée.

Les moyens du réseau recherche MKGD

Outre un site web (https://mkgd.hypotheses.org/), le réseau de recherche MKGD comprend une liste de diffusion (mkgd@lists.unibw.de) ainsi qu’un colloque de recherche en ligne qui débutera au semestre d’été 2024 et comprendra quatre manifestations en été et trois en hiver, tous deux rattachés à l’Université de la Bundeswehr de Munich. Il est également prévu d’organiser des ateliers thématiques en présence de doctorantes et doctorants invité.e.s à un atelier d’écriture, qui auront lieu chaque année en janvier avec le soutien du ZMSBw.

Le thème du colloque de recherche en ligne du MKGD au semestre d’été 2024 sera « Armée, guerre et genre/diversité : état de la recherche et problèmes de recherche ». La première conférence aura lieu le lundi 29 avril 2024 de 16h à 18h. La professeure émérite Claudia Opitz-Belakhal (Université de Bâle), l’une des pionnières de la recherche sur les femmes et les genres au début de l’époque moderne dans le domaine militaire et de la guerre dans l’espace germanophone, s’exprimera sur le thème « Guerre et genre au début de l’époque moderne (env. 1400-1800) — Un aperçu de la recherche ». (https://mkgd.hypotheses.org/kolloquium-online)

Le thème du premier atelier thématique sera « Genre et violence dans les guerres coloniales, la domination coloniale et les luttes de libération anticoloniales / Gender and Violence in Colonial Wars, Colonial Rule and Anti-colonial Liberation Struggles ». L’atelier aura lieu les 30 et 31 janvier 2025 au ZMSBw à Potsdam. L’appel à communications est accessible sur le site web du MKGD.

Vous trouverez des informations détaillées sur le site web du MKGD.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search