AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Un appel à contribution qui inclut l’espace germanophone comme partie du large espace centre-européen:

Colloque international “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (UMR Eur’ORBEM, Sorbonne Université, 17-18 octobre 2024)

Le colloque s’inscrit dans le cycle Femmes et choc(s) d’émancipation du CIRCE / Eur’ORBEM, développé depuis 2022 en partenariat avec le CEFRES.

Organisatrices : Cécile Gauthier (Université de Reims), Malgorzata Smorag-Goldberg (Sorbonne Université) et Agnieszka Sobolewska (Université de Varsovie).
Date et lieu : jeudi 17 et vendredi 18 octobre 2024, Paris
Date limite d’envoi des propositions : jeudi 15 février 2024
Langues : français et anglais

Invisibles et invisibilisées, marginales et marginalisées, subalternes, inférieures, ancillaires, non fiables, si ce n’est infidèles… Autant de qualificatifs qui ont longtemps pu être appliqués aux femmes comme aux traductions. Prenant le contrepied de ces représentations, on se propose de réfléchir à la traduction (en tant que théorie, métier, pratique, voire acte de création) comme possible instrument d’émancipation pour les femmes en Europe centrale et orientale, du XIXe siècle à nos jours.

Au XIXe siècle, le rôle crucial joué dans l’essor des langues et des littératures nationales par la traduction lui confère une forme de légitimité, qui pourrait croiser la mission dévolue aux femmes d’éducatrices de la nation, de gardiennes de la langue, qu’elles ont le devoir de transmettre à l’échelle individuelle (familiale) et collective (nationale). Mais se voient-elles, en traduisant, cantonnées à une pratique en quelque sorte d’intérêt général, ou bassement alimentaire, et en outre (partiellement) imitative ? Ou bien cette pratique est-elle susceptible de favoriser l’émancipation ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Colloque “L’émancipation par la traduction? Trajectoires féminines en Europe centrale et orientale (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université; 15 février 2024)

Romain Becker: “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”

Soutenance de thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h (ENS de Lyon, salle D2-034)

Romain Becker a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat le 18 décembre 2023 à 14h, en salle D2-034, à l’ENS de Lyon.

La thèse est intitulée “Reprodukt : portrait d’un éditeur allemand de bandes dessinées (1991 – 2021)”. Le jury est présidé par Hilda INDERWILDI (Université Toulouse 2 – Jean Jaurès) et composé d’Hélène CAMARADE (Université Bordeaux Montaigne) et de Patrick FARGES (Université Paris Cité) (pré-rapporteurs), Jean-Paul GABILLIET (Université Bordeaux Montaigne, co-directeur de la thèse), et Anne LAGNY (ENS de Lyon, directrice de la thèse).

Résumé: Cette thèse explore l’évolution des pratiques éditoriales de Reprodukt, un éditeur berlinois qui publie des bandes dessinées en allemand. À travers une étude quantitative du catalogue et des analyses d’œuvres précises, ce travail de recherche illustre l’importance d’une maison d’édition pour qu’une bande dessinée trouve son public, en particulier sur un marché qui lui est hostile. À mesure que sa ligne éditoriale change et se diversifie, Reprodukt passe d’une micro-entreprise dans un ancien squat à une maison d’édition indépendante de taille moyenne. Alors qu’elle publiait initialement des artistes nord-américain∙es et allemand∙es punk, elle s’appuie progressivement de plus en plus sur des œuvres franco-belges grand public et augmente sa cadence de production. Son identité est certes forgée par ses publications, mais aussi par son implantation dans l’industrie très polarisée de la bande dessinée germanophone, et par sa localisation à Berlin, un centre pour l’art alternatif. L’entreprise, qui édite surtout des œuvres étrangères, fait office d’interface entre la bande dessinée internationale et l’aire germanophone : en cela, son travail consiste avant tout à adapter des bandes dessinées à un nouveau lectorat. Ce travail étudie ainsi ses choix concernant la traduction et le lettrage, mais aussi le format, le prix, le moment de publication, etc. Systématiquement, la maison d’édition cherche à valoriser son activité en particulier et le neuvième art en général. Reprodukt révèle ainsi de manière exemplaire les difficultés de la bande dessinée germanophone et les stratégies utilisées pour y faire face.

Crédits image : https://becker-illustration.com/portraits

Deuxième volet de la rencontre inaugurale de Genre en Germ’

Affiche 2e rencontre Genre en Germ' (16 juin 2023)
Affiche 2e rencontre Genre en Germ’ (16 juin 2023)

La deuxième journée d’études de Genre en Germ’ qui se tiendra au Centre des colloques (Campus Condorcet, Aubervilliers), salle 3.03, le 16 juin 2023.

Au programme de cette rencontre:

9h30-10h Accueil au Centre de colloques, salle 3.03

10h-11h Recherche en cours

  • Anne Salles (Sorbonne Université) : « Le télétravail, quel outil de conciliation entre travail et famille pour les mères et les pères ? »
  • Nathalie Schnitzer (Aix-Marseille Université) : « ‘Nein bedeutet jetzt nein’. Quelles stratégies discursives pour l’humour féministe dans le spectacle de stand-up ? »

11h30-12h30 Travaux de thèse en cours

  • Alexia Rosso (Université Toulouse Jean Jaurès) : « Le traitement de la Frauenfrage dans les revues Die Gesellschaft (1885-1902) et Neue Deutsche Rundschau (1890-1914) ».
  • Peirou Chu (ENS de Lyon) : « L’espace des mouvements des femmes sous la République de Weimar : les conflits générationnels spatialisés dans les métropoles ».

14h-15h Projet d’ouvrage / Recherche en cours

  • Ute Lemke (Université de Savoie) : « Frauen im Völkerbund – Margarete Rothbarths Mitarbeit im Internationalen Institut für geistige Zusammenarbeit (1926-1939) ».
  • Ingeborg Rabenstein-Michel (Université Lyon 2) : « Johanna Dohnal, socialiste, féministe, lesbienne et première femme secrétaire d’État en Autriche après 1945 ».

15h30-16h30 Travaux parus / Travaux de HDR en cours

  • Véronique Dallet-Mann (Aix-Marseille Université) : « De la pleine page à l’effacement : les femmes photographes dans le supplément Für die Frau. Frankfurter Zeitung für Mode und Gesellschaft (1926-1934) ».
  • Agathe Mareuge (Sorbonne Université) : « Pour une historiographie féminine : Ré Soupault (1901-1996), photographe, traductrice, essayiste, historiographe des avant-gardes (Bauhaus, dada, surréalisme) ».

16h45-17h30 Discussion plénière: Où en est le réseau Genre en germ’ ? Actualités, perspectives et prochains rendez-vous

Anne Isabelle François : Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln : perspectives littéraires et genrées franco-allemandes

Conférence à l’Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023

Projet “Bourgeon 2023” – Genre et avant-gardes

Affiche de la conférence d'Anne-Isabelle François (25 mai 2023)

Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et les genres, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

L’intervenante est Anne Isabelle Françoismaîtresse de conférences de littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle et directrice adjointe du GIS Institut du Genre. Anne Isabelle François est spécialiste des domaines germanophone, francophone et anglophone des XXe et XXIe siècles et poursuit ses recherches au sein du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (UR 172).

La séance aura lieu depuis l’Université de Lorraine, Salle Ferrari à Metz, où le public sera accueilli. Elle sera modérée par Cécile Chamayou-Kuhn.

ATTENTION: L’inscription est obligatoire pour celles et ceux qui souhaitent assister à la séance à distance: https://u2l.fr/avant-gardes

Continuer la lecture de Anne Isabelle François : Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln : perspectives littéraires et genrées franco-allemandes

Christa Baumberger : Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball

Séminaire “Archives manquantes” #2, INHA et Zoom, 17 mars 2023.

Projet “Bourgeon 2023” – Genre et avant-gardes

Pour sa deuxième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich): « Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball » La séance sera animée par Agathe Mareuge (Centre André Chastel / REIGENN & Philomel).

Le séminaire s’inscrit également dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

Le compte rendu de la séance est à lire ici.

Affiche séance 2 du séminaire Archives manquantes

Quand? 17 mars 2023, 14h-16h30

Où? Galerie Colbert (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Ingres (2e étage)

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à l’INHA, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/84533401158 (ID de réunion : 845 3340 1158).

Résumé

Les archives sont fondamentales pour la mémoire culturelle; et pourtant, elles renvoient toujours à une “politique de l’archive”: que collectionne-t-on, qui est oublié? Comment les archives marquent-elles le canon culturel et littéraire? Et dans quelle mesure la dimension genrée joue-t-elle un rôle lorsque des œuvres et des collections sont rendues publiques au moyen d’éditions ou d’expositions?

Le fonds double consacré à Emmy Hennings et à Hugo Ball aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse constitue un cas emblématique. Hennings et Ball figurèrent tous deux parmi les fondateurs du mouvement Dada à Zurich, mais à la différence de Ball, Hennings fut rapidement – et rigoureusement – oubliée. Le centenaire de Dada en 2016 fut l’occasion de la sortir de cet oubli, grâce à une édition de ses œuvres, une exposition et la parution d’un volume de textes et d’images/très richement illustré intitulé Emmy Hennings Dada.

Continuer la lecture de Christa Baumberger : Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball

Compte rendu de la rencontre inaugurale du 13 janvier 2023

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu de la rencontre inaugurale du réseau Genre en Germ’ (13 janvier 2023), établi par Sibylle Goepper à partir des notes d’Alexia Rosso, Jean-François Laplénie, Cécile Chamayou-Kuhn et Nathalie Schnitzer:

Anne Tomiche : “Avant-garde, genre et manifestes”

Conférence, Aix Marseille Université, 9 février 2023

Projet “Bourgeon 2023” – Genre et avant-gardes

Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

Anne Tomiche, directrice, avec Frédéric Regard, du réseau interdisciplinaire d’études sur le genre Philomel – Initiative Genre de Sorbonne Université, prononcera une conférence sur “Avant-garde, genre et manifestes”.

La séance aura lieu à Aix-en-Provence (campus Robert Schuman) et sera modérée par Susanne Böhmisch (AMU, organisatrice des Jeudis du genre) et Agathe Mareuge.

Dossier “Ce que le genre fait aux Etudes germaniques” (Allemagne d’Aujourd’hui, n°237, 2021)

Le « genre » jouit sans conteste d’un statut ambivalent en France. Les études qui lui sont consacrées n’ont sans doute jamais été aussi solidement ancrées dans le paysage universitaire qu’elles le sont aujourd’hui : elles suscitent des vocations et génèrent pléthore de mémoires de master, de thèses, d’habilitation à diriger des recherches ; on peut donc affirmer sans exagérer que le genre a trouvé sa place dans le monde de la recherche, en sciences humaines et sociales notamment, où il est présent et utilisé, de manière plus ou moins affirmée, dans toutes les disciplines. Son degré d’institutionnalisation académique est inédit, du moins dans le Nord globalisé. Cependant, à mesure que croît sa visibilité, les tensions augmentent ; les résistances virent parfois même à des luttes sans merci. Aussi les études sur le genre n’ont-elles jamais été autant fragilisées par des remises en cause ciblées, dans le champ universitaire mais aussi politique, où elles essuient sans discontinuer les critiques et attaques les plus acerbes.

Couverture Allemagne d'Aujourd'hui 237
Couverture Allemagne d’Aujourd’hui 237

Ce dossier s’inscrit dans une même démarche (auto)réflexive, mais il l’ouvre au collectif en questionnant l’usage du genre à l’échelle d’une discipline, la germanistique française. Des initiatives similaires ont vu le jour ailleurs. L’association “Mnémosyne – Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre” a par exemple publié en 2020 un bilan d’étape sur l’histoire des femmes et du genre dans la revue Genre & Histoire. Dès 2008, des sociologues, anthropologues, historiens et philosophes se sont interrogés sur le genre en tant que modalité des relations sociales dans Ce que le genre fait aux personnes, tandis qu’en 2013, des juristes se sont penchés dans Ce que le genre fait au droit sur les implications d’un positionnement féministe à l’intérieur de leur champ. C’est en suivant le sillage de cette introspection disciplinaire que notre dossier explore « ce que le genre fait aux études germaniques ».

Continuer la lecture de Dossier “Ce que le genre fait aux Etudes germaniques” (Allemagne d’Aujourd’hui, n°237, 2021)

Rencontre inaugurale de Genre en Germ’

Journée d’études, Centre de colloques du Campus Condorcet à Aubervilliers, 13 janvier 2023.

Dans le cadre des travaux menés pour le numéro thématique “Ce que le genre fait aux études germaniques” (Allemagne d’aujourd’hui, n° 237, juillet-septembre 2021), l’idée a été lancée parmi les participant.es d’organiser des rencontres annuelles entre les germanistes travaillant sur le genre (et champs annexes), ou souhaitant le faire à l’avenir, afin de pérenniser les échanges et de favoriser l’émergence de projets ou de collaborations nouvelles.

Affiche de la rencontre inaugurale Genre en Germ du 13 janvier 2023
Affiche de la rencontre inaugurale Genre en Germ du 13 janvier 2023

Nous vous proposons ainsi de participer à un premier workshop qui se tiendra à Paris (campus Condorcet), le 13 janvier 2023. Il vous donnera la possibilité de venir présenter des recherches en cours, les résultats d’un article déjà paru ou à paraître, un ouvrage, un appel à
communication ou un projet, ou encore d’échanger autour de concepts, d’outils méthodologiques, de textes ou de problèmes rencontrés. Les prises de parole seront d’environ 15 minutes.

Que vous souhaitiez intervenir ou non, nous espérons vous compter nombreuses et nombreux lors de cette rencontre afin d’échanger de façon informelle sur les objets et les outils situés à l’intersection entre les études germaniques (littérature, études culturelles, civilisation, histoire des idées, linguistique…) et le genre, ainsi qu’à toutes les perspectives auxquelles leurs croisements pourraient et pourront donner lieu.

Anne-Laure Briatte (Sorbonne Université – Sirice), Hélène Camarade (Bordeaux Montaigne – Plurielles), Valérie Dubslaff (Rennes 2 – ERIMIT), Sibylle Goepper (Lyon 3 – IETT).

Vous trouverez le compte rendu de cette rencontre ici.

Au programme de cette rencontre inaugurale

10h15-11h15 Projets collectifs à venir

  • Susanne Böhmisch, Cécile Chamayou-Kuhn,Sibylle Goepper, Elise Petit et Agathe Mareuge: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours : sociabilités, esthétiques, mémoires” (Aix-Marseille Université, Université de Lorraine, Université Lyon 3, Sorbonne Université, Université Grenoble Alpes).
  • Katell Brestic, Andrea Brünig, Aurélie Cachera : “Femme, Genre et espace(s) public(s) en temps de crise » (Université d’Angers).
  • Susanne Böhmisch : “Genre et nourriture” (Aix-Marseille Université).

11h45-12h15 Travaux de thèse soutenue

Lucia Schmidt : “Le genre dans les débats parlementaires au Bundestag (1996-2015)” (Université de Franche-Comté).

13h30-14h30 Recherche en cours

  • Stéphanie Chapuis-Després : “Anna Fischer-Dückelmann et les femmes dans les mouvements de Réforme de la vie” (Université Savoie Mont Blanc).
  • Philipp Jonke : “Le genre au quotidien : les pratiques vestimentaires individuelles et le genre en Allemagne depuis la fin du XIXe siècle” (Université de Bourgogne)

14h45-15h45 Recherche en cours / Travaux de thèse en cours

  • Agathe Bernier-Monod : “Hermann Brill (1895-1959), ou ce que les masculinités apportent à la biographie politique” (Université Le Havre Normandie).
  • Romain Becker : “Le genre de l’édition dans la bande dessinée germanophone” (École Normale Supérieure de Lyon).

16h15-17h30 Présentation d’ouvrage / Table ronde

  • Patrick Farges pour: Patrick Farges, Elissa Mailänder (dir.), Marcher au pas et trébucher. Masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, Septentrion, 2022 (Université Paris-Cité).
  • Table ronde: discussion plénière: Faire vivre et visibiliser le réseau Genre en Germ’ : perspectives franco-allemandes et internationales, nouveaux modes de valorisation de la recherche (blogs, sites, expositions…).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search